Centre-ville, avec ou sans voiture ?

Rejetée par les uns, plébiscitée par les autres, la place de la voiture dans le centre-ville n’a jamais fait autant débat. Les commerçants semblent avoir choisi leur camp, convaincus pour la plupart d’entre eux que plus de voitures égal plus de clients. Qu’en est-il dans les faits ? Décryptage.

voiture-centre-ville

«No parking, no business ». Le slogan de Bernardo Trujillo, gourou de la grande distribution dans les années 1970, est toujours en vogue aujourd’hui auprès de nombreux commerçants français, notamment pour ceux installés dans les centres-villes. Et peu importe si cette recommandation s’adressait à des dirigeants de grandes surfaces alimentaires situées en périphérie, à une époque où les transports en commun étaient peu développés et les considérations écologiques inexistantes. Sans parler de la révolution e-commerce qui a eu lieu entre temps… Des changements technologiques et sociétaux majeurs, que la voiture a pourtant réussi à appréhender, en témoigne le fait qu’elle reste aujourd’hui le moyen de déplacement privilégié des Français. La question est désormais de savoir si elle est encore indispensable au dynamisme du commerce de centre-ville.

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Pas encore abonné ? Je m’abonne

Connexion