60% des commerçants gagnent moins que le SMIC !

Plus de 5 000 professionnels, tous secteurs d’activités confondus, ont participé à notre grande enquête anonyme sur les revenus des commerçants indépendants. Découvrez en graphiques tous les résultats de cette enquête.

combien gagne un commerçant
.

Ils sont boulangers, bouchers, buralistes, coiffeurs, fleuristes, libraires, restaurateurs, détaillants dans le secteur de la mode… Et pour une majorité d’entre eux, les difficultés financières se sont accrues depuis le début de la crise sanitaire, et l’inflation qui s’en est suivie. C’est en tout cas l’un des nombreux enseignements qui ressort de la grande enquête sur les revenus des commerçants indépendants, que nous avons menée du 21 septembre au 30 novembre 2022, et qui a récolté pas moins 5 234 réponses ! 60% des répondants à l’enquête affirment ainsi se payer aujourd’hui moins de 1 500€ brut par mois.

Un revenu d’activité sensiblement inférieur au salaire médian des Français, qui se situe aux alentours de 2 000€ brut par mois. Et surtout moins élevé que le SMIC, qui est de 1 678,95 euros brut par mois. D’autant que les commerçants travaillent en moyenne bien plus que 35H/semaine (voir plus bas dans l’article). En terme horaire donc, une très grande partie d’entre eux perçoivent de leur activité une somme largement inférieure au salaire minimum !

Dans le détail, 12% ont un revenu inférieur à 500€, 23% déclarent se verser un revenu entre 500 et 1 000€, et 25% entre 1 000 et 1 500€. A l’opposé, seuls 8% des commerçants perçoivent un revenu supérieur à 3 000€ par mois (voir graphique ci-dessous). Quant aux dividendes ou primes d’intéressement, ils ne sont que 10% à déclarer s’en être versés depuis le début de la pandémie. Preuve en est que les temps sont difficiles.

En moyenne, quel salaire brut vous versez-vous mensuellement ?

Revenus des commerçants en 2022

Un revenu inférieur à la moyenne des Français que les commerçants expliquent notamment par la baisse d’activité depuis la crise sanitaire, couplée à des charges fixes toujours plus élevées. « Les clients se font plus rares en centre-ville, et l’inflation n’a pas arrangé nos affaires. Moins de clients, le prix de l’énergie qui explose, et des cotisations sociales trop importantes… Le calcul est vite fait », résume François* (les prénoms ont été modifiés pour respecter l’anonymat), restaurateur à Montreuil.

Un constat partagé par une majorité de répondants à l’enquête. 32% jugent ainsi que leurs revenus ont baissé par rapport à la période d’avant crise sanitaire, et 30% même qu’ils ont fortement baissé (voir graphique ci-dessous). « Certes les différentes aides nous ont permis de tenir pendant les confinements, mais aujourd’hui c’est terminé et en plus nous subissons la double peine avec l’inflation. Non seulement il faut augmenter les salaires [Ndlr, le Smic a augmenté de 110 euros depuis janvier 2022], mais en plus on doit maintenant payer toutes les charges Urssaf que l’on avait décalé pendant le Covid, la trésorerie en prend un coup », explique Sandrine, gérante d’un salon de coiffure à Perpignan.

Comment mesurez-vous l’impact de la crise sanitaire, suivie de l’inflation actuelle, sur votre niveau de revenu ? 

Evolution revenus des commerçants en 2022

Les prélèvements effectués par l’Urssaf pour le paiement des cotisations sociales sont d’ailleurs très régulièrement pointés du doigt par les commerçants. « Personnellement je trouve que c’est disproportionné par rapport à ce que je me verse comme revenu. C’est à en décourager plus d’un à l’entreprenariat », partage Sandrine, esthéticienne à Caen. Même impression pour Gilles, gérant d’une boutique de prêt-à-porter Femme à Paris. « On a l’impression de travailler pour les autres. Je prends très peu de vacances, je ne me suis jamais mis en arrêt maladie en 16 ans activité, les jours fériés c’est pour notre pomme… Aujourd’hui je perçois environ 2 500€ brut par mois, mais pour plus de 50 heures de travail effectif par semaine, ça ne fait pas cher payé. Et encore pas rapport à d’autres je ne suis pas à plaindre », témoigne-t-il.

6 commerçants sur 10 travaillent plus de 45 heures par semaine

Au delà en effet du seul revenu, le ratio entre le temps de travail dédié à son activité professionnelle et le gain financier perçu apparaît largement défavorable aux commerçants, par rapport au reste des Français. 94% des répondants à l’enquête affirment ainsi travailler davantage que la durée légale de travail, fixée à 35H/semaine. 60% estiment à l’inverse dédier plus de 45H/semaine à leur activité, et pour 10% d’entre eux, ce chiffre dépasse même les 60H/semaine !

Lire aussi : Commerçants : Comment réduire vos frais bancaires ?

C’est notamment le cas pour beaucoup d’entrepreneurs œuvrant dans des activités liées à l’évènementiel ou l’hôtellerie/restauration. « Travailler plus de 60 heures par semaine dans nos secteurs c’est le lot de beaucoup d’entre nous, et c’est d’ailleurs pour cela que rares sont ceux qui tiennent dans la durée, il faut être passionné », partage Clément, gérant d’un café/restaurant à Libourne, qui assure ne pas se plaindre de la situation. « Pour rien au monde je ne changerais, en fait ça devient problématique quand on est contraint de moins se payer, on se dit que toutes ces heures ne sont pas vraiment récompensées », ajoute-t-il.

En moyenne, combien de temps travaillez-vous pour votre activité ?

Temps de travail des commerçants en 2022

Les longues journées ne sont pas pour autant réservées aux seuls professionnels de l’hôtellerie/restauration. Que ce soit dans la mode, la coiffure, l’alimentaire… Les semaines à plus de 50 heures de travail ne sont pas une exception. « Ce que beaucoup ne réalisent pas, c’est que lorsque l’on est chef d’entreprise on est jamais réellement en repos. Pour ma part j’ai 8 salariés à payer tous les mois, un loyer important, des cotisations très élevées, c’est énormément de responsabilités. Je suis obligée d’être sur le pont tous les jours pour assurer la bonne marche de l’entreprise », partage Sandrine, gérante d’une épicerie/pâtisserie à Biarritz.

D’autant que de nouvelles tâches se sont rajoutées dans le quotidien des commerçants, notamment depuis la démocratisation du numérique. « Aujourd’hui, en plus de ma boutique, il faut que je m’occupe de mon site e-commerce, les commandes, les expéditions, les retours… Vu le temps que cela me demande l’idéal serait d’embaucher une personne à mi-temps. Mais avec toutes les charges qui pèsent sur les salaires et l’évolution de la conjoncture j’ai du mal à franchir le pas », regrette Valérie, à la tête d’un concept store mode/beauté à Strasbourg.

Les commerçants pessimistes sur l’évolution future de leurs revenus

Dans le contexte économique actuel pour le moins incertain, une majorité de commerçants ne jugent pas favorable l’évolution de leurs revenus d’ici les prochains mois. Et seulement une minorité se veut optimiste (voir graphique ci-dessous). « Tant que les prix de l’énergie ne se stabiliseront pas, ce sera impossible pour nous de se projeter avec confiance », justifie Kevin, gérant d’une boulangerie/pâtisserie près de Marseille.

Concernant les perspectives d’évolution de vos revenus pour les prochains mois, vous êtes plutôt… ?

Perspective revenus 2023

Mais l’inflation n’est pas la seule source d’inquiétude pour les commerçants. La baisse de fréquentation dans les centres-villes, couplée à l’essor croissant de la vente à emporter, le e-commerce ou encore la seconde main, remettent en question les manières de travailler de nombre de commerçants. « Avant c’était plus simple du faire du commerce. Aujourd’hui entre la concurrence accrue et les nouveaux modes de consommation c’est plus difficile. Mais c’est comme ça on y peut rien, plutôt que de râler je préfère m’adapter, de toute façon c’est le lot de tout entrepreneur », conclut Hachim, libraire installé de longue date à Rennes.

Lire aussi : Leur site marchand cartonne, ils révèlent leurs secrets

S’adapter, se réinventer, mais aussi faire preuve de résilience dans les moment économiques difficiles, comme celui que traverse le pays actuellement. En espérant des jours meilleurs dans les prochains mois, et un revenu en hausse pour les commerçants !

Restez informés de l’actu pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez de notre offre découverte :

1€/mois pendant 3 mois
Je m’abonne