Bien gérer sa boutique en solo

Comment être partout à la fois, effectuer toutes les tâches sans se laisser déborder et prendre les bonnes décisions quand on est seul à s’occuper de son commerce ? Bien gérer une boutique en solo, c’est aussi ne pas (trop) empiéter sur ses congés et sa vie personnelle. Témoignages et conseils.

Le mardi, elle traite ses mails et réceptionne les colis. Le mercredi, elle alimente les réseaux sociaux et la plateforme de vente en ligne. Depuis 18 ans que Laurice Collin-Treisser tient seule son magasin, elle sait s’organiser. Gérante de la boutique de prêt-à-porter River woods à Angers, elle est aussi présidente de l’association de commerçants du centre-ville. « Quand on est en solo, il faut être sur tous les fronts à la fois, cela demande une certaine rigueur, il faut savoir identifier ce qui est urgent et garder en tête que la priorité c’est l’accueil réservé à la clientèle en boutique », expose Nathalie Deniau-Million, conseillère commerce à la CCI Nantes-Saint-Nazaire. Laurice Collin-Treisser fait des “to-do lists”, et entre deux clientes, dans sa boutique de prêt-à-porter haut de gamme, elle effectue les tâches une à une : rappeler son assureur, téléphoner à la mairie, rentrer des articles, régler une facture, rédiger des descriptifs produits, évaluer le dernier stagiaire…

Gérer une boutique de mode

Laurice Collin-Treisser optimise son temps de travail grâce à un logiciel de caisse performant : « A l’instant T, on regarde ce qu’on peut faire dans le réassort, où on en est dans le chiffre d’affaires etc. Et pour les inventaires, il faut avoir une douchette pour scanner les articles, qui doivent évidemment tous avoir un code-barres ». (Photo Antoine Humeau)

Rentrer les commandes dans le logiciel, s’occuper du site internet, faire de la veille, poster des contenus sur les réseaux sociaux, changer la vitrine, tout cela prend du temps. « On le fait un peu le matin avant d’ouvrir, entre deux clientes et le soir après la fermeture », raconte Lucie Blanc, gérante de la boutique d’articles de puériculture Miss Mam, à Antibes (Alpes-Maritimes). « A un moment donné, alors que mon commerce commençait à marcher de mieux en mieux, j’avais trop de clientes, je n’arrivais plus à faire face », se souvient-elle. A Clisson (Loire-Atlantique), Valérie Morin voit sa Boutique de la Vallée un peu comme une pièce de théâtre : « La priorité, c’est la cliente, et toute la préparation, ce sont les coulisses, cela se fait en amont, tout doit être prêt pour l’ouverture, les commandes ou la compta, cela ne doit pas empiéter sur l’accueil. »

Comment s’organiser au quotidien sans se laisser déborder, réussir à sous-traiter, bien s’entourer… Tout en gardant un équilibre avec sa vie personnelle et familiale ? Témoignages et conseils.

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre découverte :
1€/mois pendant 3 mois,

Je m’abonne
Déjà abonné ? Se connecter

Connexion