Recrutement : « Il y a un décalage entre les attentes des commerçants et celles des candidats »

Linda Gallet, fondatrice de Navengo, entreprise spécialisée dans le recrutement pour les commerçants et artisans, revient sur les raisons liées aux problématiques de recrutement des entreprises. Et apporte ses conseils pour mieux recruter.

Linda Gallet

Depuis quelques semaines, la pénurie de saisonniers dans le secteur de l’hôtellerie-restauration fait de plus en plus parler, certains établissements craignant même de devoir fermer leurs portes par manque de personnel ! Pourtant ce phénomène, qui s’est certes accentué depuis la crise du Covid-19, n’est pas nouveau, et touche l’ensemble des métiers du commerce et de l’artisanat. Comment l’expliquer, et quelles solutions pour recruter et conserver sur le long terme du personnel ? Linda Gallet fondatrice de Navengo.fr, entreprise spécialisée dans le recrutement pour les commerçants et artisans de proximité, partage son expertise.

Les problématiques de recrutement des commerçants et artisans semblent s’être accentuées depuis la crise du Covid-19. Le constatez-vous également au quotidien ? Comment l’expliquer ?

C’est indéniable, cela fait maintenant 25 ans que je suis dans le recrutement, et même si ça a toujours été compliqué de recruter pour les commerçants et artisans, la crise sanitaire a clairement changé la donne. Cette longue période d’inactivité a poussé certains salariés à se réorienter vers d’autres secteurs, où ils peuvent davantage concilier vie personnelle et professionnelle. C’est notamment le cas de l’hôtellerie-restauration, et c’est d’ailleurs en grande partie pour cela que la pénurie de main d’œuvre est importante dans cette filière. Mais ils ne sont pas les seuls, l’alimentaire, la coiffure et l’esthétique aussi sont particulièrement touchés par ces problématiques de recrutement depuis la crise sanitaire. Ce que je constate en fait c’est qu’il y a un vrai décalage entre ce que les chefs d’entreprises recherchent, et ce que sont prêts à accepter aujourd’hui les candidats. Et comme les offres d’emplois sont nombreuses, ils prennent leur temps et choisissent ceux qui sont prêts à leur offrir les meilleurs conditions d’emploi.

Justement, que recherchent aujourd’hui les candidats ?

Comme je l’ai évoqué précédemment, ce qui ressort le plus souvent lors des entretiens, c’est le besoin de pouvoir concilier davantage vie personnelle et professionnelle. Le salaire aussi est toujours très important, mais ce n’est plus le seul aspect qui entre en compte. Le fait de proposer des horaires et/ou jours de repos aménagés en fonction de leurs emplois du temps pèse aussi beaucoup dans la décision. A cela s’ajoute aussi l’envie de trouver un emploi qui fait sens, dans lequel ils vont pouvoir se rendre utile et progresser, apprendre de véritables compétences. C’est particulièrement vrai pour les plus jeunes.

Lire aussi : De nouvelles obligations et interdictions pour les commerçants !

Justement à propos de cette nouvelle génération qui arrive sur le marché de l’emploi. Beaucoup de chefs d’entreprises dénoncent aussi leur manque de volonté et de persévérance. Avez-vous la même analyse ?

Pas vraiment, je pense que ce sont surtout des clichés, même s’il est vrai que ce sont eux qui sont les plus sensibilisés à ces nouvelles attentes. Mais selon moi ce n’est pas fondamentalement un problème générationnel. Aujourd’hui, par exemple, on remarque que de plus en plus de candidats ne se rendent pas aux entretiens, c’est une problématique que l’on ne rencontrait que très peu auparavant. Mais ce phénomène touche tous les âges, pas seulement les plus jeunes. De mon impression, beaucoup semblent aujourd’hui faire leur marché, à la recherche du plus offrant, ce qui pourrait expliquer que certains ne se rendent pas aux rendez-vous. Mais ce n’est que mon sentiment, je ne dis pas que c’est forcément une vérité universelle.

Faut-il alors former davantage de candidats aux métiers du commerce et de l’artisanat ?

Bien sûr, c’est une priorité. Mais pour cela, il est indispensable de valoriser en amont les métiers du commerce et de l’artisanat, qui sont encore trop méconnus. Je le constate à chaque fois lorsque je me rends à des salons en rapport avec l’apprentissage, beaucoup de jeunes ne se projettent pas sur ces métiers là, ou alors seulement sur une petite partie d’entre eux. Il est donc primordial aujourd’hui de mettre ces professions davantage en valeur, afin d’attirer plus de candidats. Dans la même idée, je pense qu’il est aussi très important de redorer l’image de la ruralité, où les pénuries de personnel sont particulièrement importantes. Plus qu’un travail, c’est d’un véritable projet de vie dont les personnes à la recherche d’emploi ont actuellement besoin.

Lire aussi : 1 500 commerçants expliquent comment ils utilisent les réseaux sociaux !

Dans ce contexte, quelle service apportez-vous aux commerçants et artisans avec votre plateforme Navengo.fr ?

Notre mission est très simple pour tout dire, elle consiste à faciliter la rencontre entre les chefs d’entreprises et les candidats. Ce que nous avons pu observer au fil des années, c’est que beaucoup de commerçants et artisans ne prennent pas toujours le temps de formuler clairement leurs attentes, le profil de personnes qu’ils recherchent, et de là découle souvent des déceptions au moment du recrutement. Avec Navengo.fr, nous les aidons justement sur cet aspect, nous les conseillons sur la manière de rédiger leur annonce, ce qui nous permet par la suite de pouvoir les mettre en relation avec des candidats qui correspondent du mieux possible à leurs attentes. Pour cela nous faisons une présélection minutieuse des candidats qui postulent sur notre plateforme. Plus que le CV, on se focalise aujourd’hui beaucoup sur la personnalité du candidat, ses aspirations, ses motivations… Nous centrons beaucoup notre recrutement sur l’aspect humain, qui est plus que jamais au cœur des métiers du commerce et l’artisanat.

Restez informés de l’actu pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez de notre offre découverte :

1€/mois pendant 3 mois
Je m’abonne