L’inflation approche la barre des 6% en France

L’estimation provisoire publiée ce jeudi par l’Insee montre que la hausse des prix à la consommation a atteint 5,8% en juin sur un an. L’énergie et l’alimentation sont particulièrement concernés.

Inflation entreprises 2022

La progression des prix ne faiblit pas en France. Dans sa dernière publication, l’Insee estime ainsi que l’inflation a atteint 5,8% sur un an au mois de juin, après 5,2% en mai et 4,8% en avril. Il s’agit là du plus haut niveau enregistré depuis les années 1980 ! Une progression avant tout due à « une accélération des prix de l’énergie et de l’alimentation », précise l’institut de statistique dans sa note. Les prix de l’énergie et des produits alimentaires ont ainsi respectivement augmenté de 33,1% et 5,7%, par rapport à juin 2021. Côté services, l’inflation reste plus modéré, avec des prix qui progressent en moyenne de 3,2% sur un an, au même rythme qu’au mois de mai. De même, les produits manufacturés augmentent de 2,6% sur un an, après +3% en mai, un léger ralentissement expliqué par le début des soldes d’été.

Lire aussi : Soldes d’été : « On a rarement vu aussi peu de monde ! »

Une accélération attendue à la rentrée

Cette progression constante des prix est d’autant plus inquiétante que la situation devrait continuer à s’aggraver dans les mois à venir. L’Insee s’attend en effet à une accélération de l’inflation à « un peu moins de 7% en septembre », avant de se stabiliser entre 6,5% et 7% en fin d’année. « Nous estimons que ce pic inflationniste commencera sa décrue mi-2023 », a indiqué le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, dans une interview aux « Echos ».

C’est dans ce contexte que le gouvernement a détaillé cette semaine un ensemble de dispositifs visant à soutenir le pouvoir d’achat : chèque alimentaire, revalorisation de 4% des retraites et des minimas sociaux, renouvellement de la Prime Macron, augmentation de la « prime transport », hausse de 3,5% du point d’indice des fonctionnaires…

Lire aussi : Quel bilan du commerce au 1er semestre 2022 ?

Un ensemble de mesures au coût élevé pour les finances publiques, de l’ordre de 25 milliards d’euros. Reste maintenant à savoir si elles seront suffisantes pour redonner confiance aux ménages et relancer la consommation, en baisse de 3,4% sur l’année 2022…

Restez informés de l’actu pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez de notre offre découverte :

1€/mois pendant 3 mois
Je m’abonne