Et si on redécouvrait nos commerces de proximité au lieu de dévaliser les supermarchés…

Plutôt que de céder à la psychose et dévaliser les rayons des supermarchés, préférez les petits commerces alimentaires de proximité. Vous ne serez pas déçus !

les consommateurs font la queue devant un petit commerce
Crédit : La Croix

L’heure est au confinement, aux distances de sécurité à respecter – des mesures que l’on doit désormais appliquer sans rechigner… – la seule liberté (ou presque) qui nous reste, est la possibilité de sortir pour nous alimenter. Un besoin qui s’est transformé pour certains en psychose, au point de se ruer dans les supermarchés, de se disputer même, au mépris également du respect d’un minimum de distance entre chaque personne. Les autorités ont beau rassurer, certains rayons sont dévalisés, y compris les papiers toilette, à croire qu’une épidémie de gastro entérite est imminente ! Non, il n’y aura pas de pénurie alimentaire et les usines de fabrication de pâtes ne sont pas menacées de destruction virale. Et puisque nous sommes face à une menace, autant parler de toutes les menaces, « il y a moins de danger à aller chez le petit commerçant local que de circuler dans les grandes surfaces », argumente le pseudo Tchertok, dans les commentaires issus de la pétition que nous avons lancée pour exiger la suppression des charges.

Lire aussi : Confinement : quelles sont les nouvelles mesures annoncées pour soutenir les entreprises ?

Se nourrir c’est bien, s’alimenter correctement c’est mieux. Et question goût, c’est souvent meilleur chez un commerçant indépendant qui produit lui-même ou qui prend soin de sélectionner les meilleurs produits adaptés à sa clientèle. S’il s’agit en plus d’une démarche bio et locale, il y a fort à parier que le plaisir gustatif sera encore supérieur, sans compter que le plus souvent ces produits seront meilleurs pour la santé. Et c’est bien de santé dont on parle au travers de cette épidémie. 98% des personnes ne devraient être pas trop ou pas du tout affectées par le Covid-19, mais combien seront au final affectées par la malbouffe ? Dans ce contexte, nul besoin d’être nutritionniste pour savoir que les supermarchés ne font pas partie des prescriptions obligatoires en matière de santé publique. Certains diront qu’ils sont nécessaires, mais sont-ils suffisants ? Et si en cette période d’isolement on en profitait pour redécouvrir les atouts des commerces de proximité ? Et si on s’intéressait aux irréductibles commerçants gaulois qui subsistent dans nos quartiers. Et si on réduisait un peu les réseaux sociaux pour recréer du lien social. A l’heure où l’on parle aussi de solidarité, de relocalisation, il est peut-être temps de faire un geste simple. Se rendre chez nos commerçants indépendants. La guerre est déclarée nous dit-on et si les commerçants ont besoin de vous « pour tenir », nous avons aussi besoin d’eux, pour offrir des débouchés à nos producteurs locaux, pour conserver une vie dans nos centres-villes et ne l’oublions pas, pour participer aussi aux recettes de notre budget national à travers le paiement des différentes charges, dont s’exonèrent certaines grandes enseignes.

Restez chez vous donc et consommez aussi près de chez vous !

Avez-vous signé la pétition pour obtenir la suppression des charges ?

La pétition que nous avons lancée jeudi 12 mars pour réclamer la suppression des charges des commerçants rencontre un véritable succès, avec d’ores et déjà plusieurs dizaines de milliers de signatures ! Mais ce n’est pas encore suffisant, les commerçants indépendants ont besoin aujourd’hui d’être soutenus par une mobilisation citoyenne massive. Que vous soyez commerçant ou simple consommateur, vous pouvez signer la pétition. Aidez-nous aussi à la partager massivement !

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne