Les commerçants mobilisés pour une baisse des taxes et charges sociales !

95% des commerçants indépendants soutiennent la mobilisation commerçante du 23 janvier face à la flambée des prix de l’énergie. Mais leur combat ne s’arrête pas seulement au tarif démesuré de l’électricité et du gaz. Le niveau jugé trop élevé des impôts et cotisations sociales est aussi dans le viseur des commerçants.

Jours de RTT non pris
.

L’appel à manifester sur Paris le lundi 23 janvier, lancé par le « Collectif pour la survie des boulangeries » face à la flambée des prix de l’énergie, rencontre l’adhésion de la quasi totalité des commerçants indépendants, tous secteurs d’activité confondus. Et si tous ne pourront pas faire le déplacement dans la capitale, 95% des commerçants interrogés lors de notre sondage de la semaine dernière déclarent soutenir cette mobilisation pour porter la voix des TPE et PME.

Lire aussi : Aides à l’énergie : Le point sur les dispositifs pour les entreprises en 2023

« Je ne suis jamais allé manifester de toute ma vie, mais cette fois je me sens obligé au vu de que ce que nous subissons depuis des années. Cela fait 15 ans que je paie mes impôts et toutes les charges sociales liées à mon activité, en contrepartie j’estime que nos dirigeants se doivent aussi de faire leur travail, relate ainsi Mickael, boucher/traiteur à Saint Malo. Quand je vois que ma facture d’électricité a été multipliée par 2,5 en l’espace d’un an, je considère que l’on nous a laissé tomber et c’est pour ça que je vais manifester. Ce n’est pas à nous qui sommes déjà surtaxés de payer les erreurs de la politique énergétique de nos dirigeants », poursuit-il.

Soutenez-vous la mobilisation des commerçants du 23 janvier face à la flambée des prix de l’énergie ?

manifestation 23 janvier
Les commerçants soutiennent massivement la mobilisation du 23 janvier.

Même son de cloche du côté de Marseille, où Stéphane, gérant d’un bar/restaurant, craint de ne pas pouvoir passer l’hiver à ce rythme là. « Entre l’inflation qui restreint la consommation et les factures d’énergie qui explosent, ça va être serré. Et ce ne sont pas les aides de l’Etat qui vont fondamentalement changer la donne », regrette-t-il. Un sentiment partagé là encore par une très grande majorité de commerçants, (voir graphique ci-dessous). « Tout augmente, mais le problème c’est que rien ne rentre en plus dans notre poche, au contraire on perd en marge ! Plutôt que des aides, ce qu’il faudrait c’est baisser les charges sociales, qui étouffent nos entreprises », partage de son côté Martin, gérant d’une boutique de décoration d’intérieur à Bordeaux.

Selon vous, les aides à l’énergie seront-elles suffisantes pour atténuer les difficultés des entreprises ? (Bouclier tarifaire, amortisseur électricité, tarif garanti…)

Manifestation commerçants 23 janvier
Seuls 8% des commerçants interrogés estiment que les aides à l’énergie sont suffisantes.

Les impôts et cotisations sociales dans le viseur des commerçants

Au-delà du seul problème de l’énergie, les commerçants se montrent sans surprise très critiques sur le montant des charges sociales et impôts en tout genre dont ils doivent s’acquitter chaque année. « C’est un gros problème que l’on a en France quant on voit ce qui va à l’Etat versus ce que l’on rentre en chiffre d’affaires, le compte n’y est pas ! Et le pire c’est que même si l’on arrive tout juste à se verser un salaire, il faut toujours payer un montant exorbitant de cotisations, dont en plus la majorité d’entre nous ne bénéficieront que très peu. C’est à vous décourager d’entreprendre », relate par exemple Sonia, gérante d’un salon de coiffure à Angers.

Lire aussi : Retraite : A combien auront droit les indépendants ?

Autre revendication portée par les commerçants, la nécessaire réglementation de la politique de prix des grandes enseignes et géants de la vente en ligne. Une problématique qui touche là encore l’ensemble des secteurs d’activité du commerce. « On ne joue pas à armes égales, surtout avec les pures players d’internet qui peuvent se permettre de casser les prix puisqu’ils ne sont pas fiscalisés en France », témoigne Laetitia, gérante d’un concept store à Colmar.

Les commerçants inquiets pour leur avenir

Dans ce contexte, et après un mois de décembre difficile pour les affaires, tout comme ce début d’année 2023, nombre de commerçants se montrent pessimistes concernant les perspectives d’activité dans les prochains mois. Et seulement une minorité affiche de l’optimisme (voir graphique ci-dessous). « Tant que l’on aura pas une visibilité claire sur l’évolution des prix à moyen terme, ce sera impossible pour nous de se projeter avec confiance », justifie Sylvain, gérant d’une boulangerie/pâtisserie à Toulouse.

Concernant les perspectives d’activité pour les prochains mois, vous êtes plutôt… ?

Perspective activité 2023
Seuls 6% des commerçants se montrent optimistes concernant les perspectives d’activité pour les mois à venir.

D’où la manifestation qui se prépare ce lundi 23 janvier à Paris, afin de faire entendre la voix des commerçants indépendants, trop souvent oubliés du débat public. Reste à savoir si cette mobilisation sera suffisante pour faire bouger les lignes… En attendant, vous pouvez déjà utiliser les réseaux sociaux pour créer une mobilisation 2.0, en partageant le plus possible autour de vous cet article !

Restez informés de l’actu pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez de notre offre découverte :

1€/mois pendant 3 mois
Je m’abonne