Réouverture des commerces en vue, mais pas des restaurants

Emmanuel Macron a annoncé une sortie progressive du confinement à partir du 11 mai 2020. Certains commerces non essentiels devraient ainsi pouvoir rouvrir, mais les lieux rassemblant du public, et notamment « les restaurants, cafés, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacles et musées resteront fermés ».

ouverture commerce confinement

Comme attendu, Emmanuel Macron a annoncé ce lundi 13 avril, la prolongation du confinement pour une durée supplémentaire de quatre semaines, soit jusqu’au lundi 11 mai 2020. Un ensemble d’annonces ont par ailleurs été faites à destination du monde économique, et notamment des commerçants et artisans. En attendant des précisions d’ici les prochains jours, voici ce que nous pouvons d’ores et déjà retenir à l’heure actuelle.

Lire aussi : Aide de 5000 euros : Quelles sont les entreprises éligibles ?

Au sujet des réouvertures de commerces : « Les bars, restaurants, cafés, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacles et musées resteront fermés à ce stade » et « il n’y aura pas de festivals ou de grands événements avant mi-juillet », a précisé Emmanuel Macron. Tout laisse donc à penser que les autres commerces pourront rouvrir à compter du 11 mai, « avec une protection des salariés, c’est la priorité », a-t-il souligné. D’autant que la réouverture progressive des crèches, des écoles, des collèges et des lycées semble actée elle aussi, à partir du 11 mai.

Librairies, coiffeurs, fleuristes, magasins de jouets, boutiques de mode, d’ameublement… « en théorie, tout le monde devrait rouvrir, mais il reste encore de nombreuses inconnues », confirme Emmanuel Le Roch, délégué général de la Fédération du commerce spécialisé Procos. Reste en effet à savoir maintenant sous quelles autres conditions les commerces pourront à nouveau accueillir du public.

Concernant les mesures à destination des entreprises, le Président de la République a affirmé que les mesures d’activité partielle et les aides aux entreprises seront prolongées. Il a également « demandé au gouvernement d’accroître fortement les aides, de les simplifier, pour leur permettre de surmonter cette période ». Il s’est par ailleurs engagé sur la mise en place d’un « plan spécifique pour les secteurs qui, comme le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, la culture et l’événementiel, seront durablement affectés. Des annulations de charges et des aides spécifiques seront mises en place », a-t-il appuyé. Quelles seront les entreprises concernées, et dans quelles conditions ? Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC ce mardi 14 avril, Bruno Le Maire n’a pourtant rien annoncé de nouveau sur ce sujet, à savoir que les annulations de charges se feront au cas par cas, et uniquement pour les entreprises qui risqueraient de devoir déposer le bilan. Interrogé par la suite sur la possibilité de procéder à une annulation des charges sociales et fiscales pour toutes les entreprises en difficulté, Bruno Le Maire s’y est une nouvelle fois opposé. « Il ne doit pas y avoir d’effets d’aubaine », a-t-il expliqué à ce propos.

Seule nouveauté annoncé par le ministre de l’Economie, les règles de calcul du fonds de solidarité de 1500 euros vont être modifiées. Jusqu’à présent, pour les entreprises n’ayant pas subies de fermeture administrative, il fallait justifier d’une baisse de chiffre d’affaires d’au moins 50 %, entre mars 2019 et mars 2020. Dorénavant, et à compter seulement du mois d’avril, le calcul se fera en comparant le mois d’avril 2020 avec la moyenne des douze précédents mois. Autre modification, « les entreprises en procédure de redressement judiciaire seront désormais éligibles au fonds », tout comme les groupements d’agriculteurs.

Lire aussi : L’appel des commerçants indépendants

Enfin au sujet des banques et des assurances, le Président a souhaité que « les banques puissent décaler toutes les échéances beaucoup plus massivement qu’elles ne l’ont fait et les assurances doivent être au rendez-vous de cette mobilisation économique, j’y serai attentif ». Là encore, il faudra attendre de voir comment cela se traduira dans les faits.

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER AFIN DE RESTER INFORMÉ SUR L’ACTU ET LES DISPOSITIFS RÉSERVÉS AUX COMMERÇANTS ET ARTISANS

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne