Le fonds de solidarité va être renforcé

Le ministre de l’Economie a annoncé que davantage de professions vont pouvoir être éligibles au fonds de solidarité. Des annonces précises seront faites par le Premier ministre en début de semaine prochaine.

Bruno-Le-Maire

Le ministère de l’économie vient de préciser les secteurs d’activité éligibles au nouveau fonds de solidarité, pour en savoir plus cliquez ici.

Alors que l’activité peine à redémarrer dans le commerce, Bruno Le maire a indiqué au micro de FranceInfo ce mardi 6 octobre que davantage de professions vont pouvoir être éligibles au fonds de solidarité. Actuellement réservé aux entreprises des secteurs de la restauration, de l’hôtellerie, du tourisme, de l’événementiel, du sport et de la culture, le ministre de l’économie a expliqué que d’autres professions vont elles aussi pouvoir entrer dans le cadre du fonds de solidarité. Ils s’agit de toutes celles qui œuvrent autour du secteur de l’évènementiel. « Les fleuristes, les graphistes qui n’ont plus de carton d’invitation pour les mariages à fabriquer, les photographes – aujourd’hui les fêtes où l’on invite des photographes il n’y en a pas beaucoup. Je souhaite que l’on puisse inclure toutes ces professions dans le fond de solidarité », a détaillé le locataire de Bercy. Ajoutant par ailleurs que cela « serait juste » qu’elles y soient, afin qu’elles puissent elles aussi « toucher jusqu’à 10 000 euros par mois ».

Lire aussi : Bilan de la saison d’été pour le commerce et la restauration

Autre annonce, le fonds de solidarité étant actuellement limité au seules entreprises de moins de 20 salariés, Bruno Le Maire veut « voir si l’on ne peut pas augmenter ce seuil ». Concluant son intervention en indiquant que des annonces précises seront faites par Jean Castex « en début de semaine prochaine ».

Des annonces bienvenues mais pas suffisantes

Si cette sortie du ministre de l’Economie est déjà un premier signe de prise de conscience des difficultés que rencontrent actuellement les commerçants, certains secteurs sont néanmoins toujours oubliés. La mode en premier lieu, qui a subi de très lourdes pertes durant la période de confinement, et qui peine aujourd’hui à se relever. Même constat pour la coiffure, la librairie, l’esthétique… Les professions en difficulté sont nombreuses, gageons que le gouvernement prennent cela en considération d’ici la semaine prochaine !

RESTEZ INFORMÉS SUR L’ACTU ET LES DISPOSITIFS RÉSERVÉS AUX COMMERÇANTS ET ARTISANS

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne