Le e-commerce, grand gagnant du coronavirus

Une récente étude montre que le chiffre d’affaires du e-commerce a connu une très forte progression au cours des derniers jours.

Coronavirus e-commerce

Les grandes surfaces alimentaires ne sont pas les seules a être prises d’assaut ces derniers jours. Une récente étude publiée par la société internationale de mesure et d’analyse de données, Nielsen, montre également une accélération spectaculaire des ventes en e-commerce, en livraison à domicile et en drive (voir graphique ci-dessus). Et ce avant même l’annonce de la fermeture des commerces « non essentiels », puisque les données analysées par Nielsen portent sur la semaine du 2 au 8 mars 2020.

Le drive a ainsi connu la plus forte hausse de son histoire au cours de cette semaine (+29,4 %), avec un chiffre d’affaires évalué à 164 millions d’euros ! L’activité des supers et hypermarchés n’a bondi, elle, que de 9,4 % pendant la même période. La livraison à domicile, qui reste quand bien même moins répandue, a également connu une hausse sans précédent (+ 70 %). Parmi les produits les plus recherchés, figurent sans surprise des produits d’hygiène (gants de ménage, savons…), ainsi que de l’alimentaire non périssable (pâtes, riz, conserves…).

Le tourisme et l’hôtellerie en grande souffrance

Si les achats explosent pour les produits de grande consommation, les secteurs du tourisme et du voyage font quand à eux face à de grosses difficultés. C’est en tout cas ce qui ressort d’une autre étude, publiée cette fois-ci par Contentsquare, qui a analysé 1,8 milliard de sessions d’utilisateurs et 50 millions de transactions sur 1 400 sites web à travers le monde, entre les semaines du 16 et du 23 février.

Lire aussi : Le coronavirus impacte fortement le commerce de proximité

D’après leurs données, les achats sur les sites de voyage ont ainsi diminué de 20,8 %, et le taux de conversion moyen sur ces mêmes sites s’est également inscrit en forte baisse (- 8,5 %). Même constat pour le secteur de l’hôtellerie, avec des visites et des conversions qui reculent de respectivement 6,5 % et 7,7 %. Enfin, les transactions enregistrées sur les sites de transports ont baissé de 6,6 %, mais le taux de conversion moyen est quant à lui resté assez stable (- 0,8 %).

Quel impact dans les semaines à venir ?

Les nouvelles mesures de confinement et de fermeture des commerces non-essentiels annoncées par le gouvernement devraient en toute logique accentuer cette propension des consommateurs à acheter en ligne. Mais en cette période de crise, où chaque jour réserve son lot de surprises et de nouvelles annonces, difficiles de faire des prévisions.

Reste néanmoins une question en suspens : quid des commerçants qui ne peuvent, pour quelques raisons que ce soit, utiliser le canal en ligne pour maintenir un semblant d’activité économique ? Dans ce contexte, la suppression dans l’immédiat des charges sociales et fiscales pour le mois de mars, voire avril si la crise et l’épidémie perdurent, apparaît d’ores et déjà comme un impératif. Nous avons lancé une pétition en ce sens qui a déjà recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures ! Nous comptons sur vous, que vous soyez commerçant ou simple consommateur, pour signer cette pétition et la partager au maximum autour de vous, afin de montrer votre soutien aux commerces de proximité. Ils en ont plus que jamais besoin.