La France ferme tous ses restaurants, bars et commerces non-essentiels

Le premier ministre a annoncé la fermeture de tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ». Tous les commerces non essentiels devront rester fermés jusqu’à nouvel ordre.

commerces fermés coronavirus
Edouard Philippe. (Ludovic Marin/Pool/AFP).

C’est un véritable état d’urgence économique que vient de décréter samedi soir le Premier Ministre. Face à l’accélération de la propagation de l’épidémie de Covid-19, Edouard Philippe a ainsi annoncé la fermeture à compter de ce dimanche de tous les lieux recevant du « public non indispensables » : cafés, restaurants, cinémas, discothèques et plus généralement les commerces non essentiels. En revanche, les commerces alimentaires, pharmacies, bureaux de tabac, stations-essence ainsi que les services publics essentiels pourront toujours continuer à recevoir du public. Les transports en commun ne sont également pas concernés par cette fermeture, avec des plans de circulation réduits certes, mais le Premier Ministre a insisté sur la nécessité de restreindre au maximum ses déplacements.

Les charges sociales et fiscales des commerçants doivent être supprimées !

Face à cette situation totalement inédite, les précédentes mesures annoncées par le gouvernement pour soutenir les entreprises ne sont dès lors plus adaptées. Et ce particulièrement pour les commerçants qui n’ont désormais plus le droit d’exercer leur activité. Les indépendants ne pourront pas tenir et le simple report de charges ne changera pas grand-chose, car il faudra quand même les payer plus tard. Ce dont ont besoin les commerçants, c’est d’une exonération totale des charges sociales et fiscales pour le mois de mars 2020, voire avril si la crise et l’épidémie perdurent.

salon Franchise Expo

Cette hypothèse avait été écartée dans un premier temps par le gouvernement, mais le nouveau contexte doit obliger nos responsables politiques à revoir leur position. Il en va de la survie de nombreux petits commerces, qui sont le poumon économique et social de nos cœurs de ville.

Objectif 100 000 signatures minimum pour forcer le gouvernement à supprimer les charges fiscales et sociales des commerçants !

La pétition que nous avons lancée jeudi 12 mars rencontre un véritable succès, avec d’ores et déjà plusieurs dizaines de milliers de signatures en seulement quelques jours. Mais ce n’est pas encore suffisant, les commerçants indépendants ont besoin aujourd’hui d’être soutenus par une mobilisation citoyenne forte. Que vous soyez commerçant ou simple consommateur, vous pouvez signer la pétition. Aidez-nous aussi à la partager massivement !

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne