95% des petits commerces encore ouverts ont vu leur chiffre d’affaires baisser

Une récente enquête de la Confédération des Commerçants de France montre que la quasi totalité des commerces de proximité encore ouverts ont enregistré une baisse de leur chiffre d’affaires. Pour les autres, la situation est tout aussi compliquée…

boulangerie-boucherie

Si les grandes et moyennes surfaces de l’alimentaire constatent ces dernières semaines une hausse de leur activité, la situation est bien différente pour les petits commerces de proximité encore ouverts, qui dans la quasi totalité des cas ont vu leur chiffre d’affaires baisser. C’est en tout cas ce que constate la Confédération des commerçants de France (CDF), qui vient de publier les résultats d’un sondage effectué auprès de 2000 commerçants sur l’impact de la crise du Covid-19 sur l’activité des indépendants. Une grande enquête qui fait également ressortir d’autres chiffres clés pour le commerce indépendant.

95% des commerçants encore ouverts enregistrent une baisse de chiffre d’affaires

C’est l’une des informations clés que l’on peut retenir de ce sondage. Alors que les acteurs de la grande distribution ont vu leur activité augmenter sensiblement, les petits commerces encore ouverts, et notamment les métiers de bouche, ne sont pas plébiscités par les consommateurs. 95 % d’entre eux affirment ainsi avoir enregistré une diminution de leur chiffre d’affaires, au mois de mars 2020 par rapport à mars 2019. 59 % affirment même que cette baisse est supérieure à 50 %, alors que seulement 2% estiment qu’elle se chiffre à moins de 10 % (voir graphique ci-dessous).

La baisse de chiffre d’affaires des commerces encore ouverts est très prononcée

baisse chiffre d'affaires boulangerie coronavirus

86 % des commerçants ont eu recours au chômage partiel

Autre donnée intéressante de ce sondage et qui concerne cette fois tous les commerces, parmi ceux qui emploient des salariés, 86 % ont recouru au chômage partiel. L’enquête montre par ailleurs que 15 % ont mis des salariés en arrêt maladie en raison de leur impossibilité de faire garder leurs enfants. Enfin, plus de la moitié ont indiqué avoir eu des difficultés au cours de leurs démarches, « notamment dues au site internet surchargé et aux codes qui n’étaient pas communiqués », précise la CDF. A ce propos, pour toutes les entreprises rencontrant toujours des difficultés pour faire la demande d’activité partielle, il est conseillé d’effectuer les démarches tôt le matin ou tard dans la soirée, et en utilisant de préférence le navigateur Firefox.

18 % des commerçants en difficulté avec leurs fournisseurs

Autre effet collatéral, mais qui était à prévoir, 18 % des commerçants interrogés affirment avoir rencontré des difficultés avec leurs fournisseurs et 22 % avec leurs banques (absence de réponse, prêts refusés ou banques mal informées des mesures gouvernementales…). Des chiffres qui font écho aux nombreux témoignages en ce sens que nous avons reçus dans les commentaires de notre pétition pour la suppression des charges sociales et fiscales.

92 % des commerçants pessimistes pour les six prochains mois à venir

En conclusion de ce sondage, la CDF a recueilli les impressions des commerçants concernant les mesures prises par le gouvernement et leur ressenti pour l’avenir. 70 % jugent ainsi les mesures de soutien encore trop complexes. Un chiffre qui s’inscrit là aussi dans la lignée du sondage que nous avons mené sur lechommerces.fr, où 80 % des 2500 votants ont fait part de leur insatisfaction vis-à-vis des annonces du gouvernement. Et pour cause, les principales revendications des commerçants, telles que la prise en charge par les assureurs de la perte d’exploitation (55 %) et l’exonération des charges sociales et fiscales (28 %), n’ont pas été entendues, comme le souligne la CDF. 77 % des commerçants affirment ainsi avoir des craintes concernant la survie de leur commerce, et 92 % se déclarent pessimistes pour les six prochains mois…

Lire aussi : Pour eux aussi il est question de survie !

Report des dates de soldes et gratuité des parkings en centre-ville

Dans ce contexte et se positionnant déjà sur la reprise, la Confédération des commerçants interpelle le gouvernement sur certaines mesures à prendre dès aujourd’hui, et notamment le report des soldes à fin juillet. « Nous demandons que, par ordonnance, le gouvernement interdise les promotions de manière exceptionnelle le mois précédant les soldes », avance son Président, Francis Palombi. Les principaux acteurs du secteur de la mode ont d’ailleurs lancé il y a quelques jours un appel pour rebattre complètement les cartes de la filière.

Signez aussi la pétition : Pas de promotions après le confinement !

La CDF appelle enfin à mettre en place « une fête nationale du commerce afin d’inciter les clients à se déplacer en magasin. Nous allons également promouvoir la remise de chèques cadeaux et demander aux maires de différentes communes de mettre en place la gratuité des parkings dans les centres-villes, durement impactés par la crise, afin de faciliter le stationnement », conclut Francis Palombi.

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne