Port du masque : ce n’est pas aux commerçants de faire la police !

Le port du masque est désormais obligatoire au sein des espaces publics clos. Une obligation saluée par une majorité de commerçants, même si certains redoutent de devoir « faire la police » dans leur établissement.

Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces publics clos, avec une amende à la clef de 135 euros pour les récalcitrants, qui peut même monter jusqu’à 1500 € en cas de récidive dans les 15 jours. Une obligation saluée par de nombreux commerçants, comme l’attestent les résultats de notre sondage effectué la semaine dernière (voir ci-dessous). « C’est une bonne chose, tant pour lutter contre l’épidémie, mais aussi parce que je pense que cela pourra nous donner un coup de pouce pour convaincre les clients réticents à le mettre », témoigne un gérant de restaurant, dans le Gard.

masque commerce

Dans ce contexte, Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du commerce, a fait « appel au civisme des Français », au micro de franceinfo ce dimanche 19 juillet. « Nous ne souhaitons pas que le commerçant se transforme en policier », a-t-il déclaré. Une inquiétude qui revient souvent chez les commerçants, même si pour le moment aucune sanction n’est prévue dans l’optique où un client déciderait de retirer son masque alors qu’il est déjà dans les lieux.

Lire aussi : Port du masque obligatoire : Liste des lieux concernés

Mais la réglementation pourrait évoluer d’ici les prochains jours, rappelons que pour les entreprises des secteurs CHR (cafés-hôtels-restaurants), en cas de non-respect du port du masque par vos clients, vous êtes passible d’une amende de 750 € ! Gageons donc que les Français fassent preuve de responsabilité, et surtout que les commerçants ne soient pas sanctionnés si un client décide, malgré tout, de ne pas respecter cette obligation. Dans un contexte déjà particulièrement tendu, ne rajoutons pas une nouvelle tâche aux commerçants, effectivement ce n’est pas à eux de faire la police !

RESTEZ INFORMÉS SUR L’ACTU ET LES DISPOSITIFS RÉSERVÉS AUX COMMERÇANTS ET ARTISANS

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne