« Plus que jamais, nous avons besoin des commerçants »

Marc Sanchez, Secrétaire général du Syndicat des Indépendants et des TPE, rappelle à quel point les commerçants ont aujourd’hui besoin d’être unis en ces temps de crise.

La crise dure maintenant depuis un peu plus d’un an, et les commerçants sont particulièrement exposés sur tout les plans. Quel message souhaitez-vous leur adresser ?

Marc sanchez SDI

Tout simplement de ne rien lâcher, car plus que jamais nous avons besoin d’eux. Ces derniers mois de crise ont eu au moins le mérite de mettre en lumière leur importance dans notre société. Chacun d’entre eux représente une force économique et sociale majeure pour notre pays, et l’on sait aujourd’hui que ce sont les TPE qui porteront la reprise. N’oublions pas que ces entreprises représentent 98% du tissu entrepreneurial français, et emploient un peu plus de 6 millions de salariés ! C’est pour cela qu’il est indispensable que nous soyons encore plus unis afin que les indépendants puissent davantage se faire entendre.

A ce propos, quel regard portez-vous aujourd’hui quant à l’action des pouvoirs publics, au regard notamment des dispositifs qui ont été proposés aux TPE et PME ?

C’est difficile d’établir un constat global, dans la mesure où les dispositifs n’ont pas été forcément les mêmes en fonction des secteurs d’activité. Il faut par exemple reconnaître que le fonds de solidarité tel qu’il est construit à présent pour les entreprises des secteurs HCR et affiliés (celles des secteurs S1 et S1 Bis), a une réelle efficacité. Même si bien évidemment il y a toujours des imperfections, ce dispositif a tout de même permis a bon nombre d’entreprises d’éviter de déposer le bilan. Et c’est justement pour cela que nous nous battons aujourd’hui afin qu’il puisse être toujours ouvert à ces entreprises même au moment de la réouverture.

Pour ceux qui n’entrent pas dans ces catégories de commerces en revanche, il faut reconnaître que certains ont pu être parfois laissés de côté, du moins en partie. Je pense notamment à tous ceux qui enregistrent des baisses d’activité de l’ordre de -20, -30 ou même -40%, et qui de facto ne sont pas éligibles au FDS. Egalement, dans certains secteurs d’activité, comme la mode, de nombreux commerçants se retrouvent aujourd’hui dans une situation financière particulièrement difficile du fait des collections qu’ils n’ont pas pu écouler. Nous avons d’ailleurs beaucoup œuvré auprès de Bercy, en compagnie d’autres syndicats professionnels, afin qu’un dispositif spécifique soit mis en place pour ces commerçants. Un lobbying qui a porté ses fruits, avec l’annonce le mois dernier de la mise en place prochaine d’une aide sur les stocks, et qui montre que lorsque l’on fait entendre notre voix et que nous sommes suffisamment nombreux, il est possible d’obtenir des résultats concrets !

Justement, trop peu de commerçants sont aujourd’hui adhérents à un syndicat professionnel. Comment les inciter à vous rejoindre ?

Tout d’abord en leur expliquant que c’est avant tout dans leur intérêt ! Le Syndicat des Indépendants est une organisation patronale qui existe depuis 1993 et qui regroupe aujourd’hui plus de 25 000 TPE, des commerçants, mais aussi des artisans, professions libérales, micro entrepreneurs… Notre objectif est de rassembler le plus grand nombre, car plus nous serons nombreux, et plus nous pourrons avoir du poids auprès des pouvoirs publics. Par exemple actuellement, nous travaillons avec les décideurs politiques pour faire en sorte d’allonger la durée d’amortissement des PGE, afin que les échéances mensuelles puissent être réduites au maximum au moment où elles devront commencer à rembourser ces prêts. Si nous pouvons mener ce combat, c’est justement grâce à la force de notre réseau d’adhérents.

Lire aussi : 20 000 commerçants réunis dans un groupe d’entraide et de réflexion

Mais il n’y a pas non plus que l’aspect lobbying. Au SDI, nous assurons également à nos adhérents des aides concrètes avec des juristes en interne capable de les accompagner sur de nombreuses problématiques : droit du travail, fiscalité, protection sociale du dirigeant, formations… Aujourd’hui quand on est un chef d’entreprise, on est obligé de porter plusieurs casquettes, et de facto il est alors nécessaire d’être bien accompagné. C’est aussi ce que nous faisons aujourd’hui au SDI, proposer des solutions qui répondent aux besoins concrets des indépendants.

Restez informés de l’actu Covid pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne