Close
Skip to content
guest
10 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Alayrac laurence
Alayrac laurence
12 mai 2021

Double peine , deux boutiques et un seul fond de solidarité et en plus basé sur les CA de 2019 …les pires ( plombés par les gilets jaunes !)

danie Hoorelbeke
danie Hoorelbeke
Répondre à  Alayrac laurence
30 mai 2021

bonjour, même traitement avec 8 boutiques et que 3 en mars 2019…

Hilem
Hilem
11 mai 2021

Étant une petite épicerie de nuit
et obligé de fermer à cause du couvre-feu mon chiffre d’affaire est inexistant mais la DGPIF ne verse rien et nous laisse livrer à nous meme on ne demande que travailler comment faire pour payer nos factures ?????

Billequin
Billequin
8 mai 2021

Encore des injustices…si nous n avons pas des syndicats puissants on peut mourir…c est une honte..ouvrir des coiffeurs et pas les esthéticiennes,sur quelles bases…les coiffeurs se permettent pour certains de proposer des prestations d esthétique..Bravo Mr Macron et votre gouvernement.

DAUCH Nathalie
DAUCH Nathalie
5 mai 2021

Petit commerce de déco et cadeaux dans un village,

oliodelsole
oliodelsole
5 mai 2021

N’oublions pas les petits commerces alimentaires qui subissent de plein fouet la fermeture de leur voisins et qui n’ont aucunes aides malgré une baisse de le CA et qui continuent à payer toutes leurs charges eux

HENRY
HENRY
5 mai 2021

Que d’injustices depuis le début de la crise pour les petits commerces qui n’ont pas de salariés et seulement un gérant non salarié : pas de salaire, donc pas de chômage et pourtant pas d’activité (fermetures obligatoires 8 semaines, puis 4 semaines et maintenant 9 semaines ! ). Les 1500 euros sous réserve que votre Click & Collect (mis en place avec beaucoup d’efforts, de temps, de frais pour ceux qui ont pu le faire) ne vous ait pas rapporté plus de 50% d’un CA d’il y a 2 ans (et la croissance normale du CA d’une boutique… on oublie… Lire la suite »

paris marianne
paris marianne
5 mai 2021

Bonjour étant gérante d’un salon de coiffure ayant ouvert au mois d’avril j’ai effectué 58 % de mon chiffre d’affaire par rapport à 2019 j’ai une perte de 42 % qui ne sera pas financé par l’État c’est scandaleux nous ne sommes pas responsable de cette pandémie

Sophie Balison
Sophie Balison
5 mai 2021

Nous ne sommes pas responsables de cette crise sans précédent. Nous subissons des fermetures. Quand nous sommes ouverts, pour ma part, annulation de rendez-vous de dernière minute, pour personnes cas contact où positif covid où garde d’enfants (fermeture de classe). Donc perte de chiffres d’affaires. J’ai crée mon entreprise il y a plus de 20 Ans. Mon souhait et que cette crise ne me fasse par fermé. Heureusement que je travaille toute seule pas de salarié quand il y a baisse d’activité.

CHANTAL MELLET
CHANTAL MELLET
25 février 2021

MERCIA VOUS POUR CETTE LETTRE OUVERTE EN ESPERANT QUELLE PORTERAS SES FRUITS MERCI ENCORE