Les loyers des commerçants vont augmenter

La hausse des loyers sera tout de même moins élevée qu’attendu, en raison d’une nouvelle méthodologie de calcul de l’indice des loyers commerciaux. Le sujet de la mensualisation des paiements a aussi été mis sur la table des négociations.

Loyers commerciaux

La hausse des loyers commerciaux sera finalement de 3%, en lieu et place des 5% qui devaient initialement s’appliquer. Un gain limité, mais qui reste tout de même bon à prendre, notamment dans ce contexte économique toujours très tendu. Pour cela, comme le rapporte Les Echos, un décret vient tout juste d’être signé par le ministère de l’Economie, afin d’acter la modification du calcul de l’indice des loyers commerciaux (ILC). L’indice variera à présent à 75% en fonction de l’inflation et 25% de l’indice du coût de la construction. Auparavant, le calcul intégrait 50% d’inflation, 25% d’indice du coût de la construction et 25% d’évolution du chiffre d’affaires du commerce de détail.

Une formule de calcul qui était dénoncée par les fédérations de commerçants, du fait qu’elle intégrait de facto les ventes réalisées par les géants de la vente en ligne, Amazon, Cdiscount, Rakuten… De telle sorte que plus le chiffre d’affaires de ces pures players progressait, plus les loyers des commerçants augmentaient en conséquent ! Cela ne sera désormais plus le cas. Reste désormais à savoir si le nouveau mode de calcul sera plus avantageux in fine pour les commerçants, à l’heure où les chiffres de l’inflation s’envolent ces derniers jours…

Avez-vous subi une augmentation de loyer au 1er janvier 2022 ?

Possibilité de passer à la mensualisation

Autre sujet lié, mais cette fois-ci toujours en négociation, la possibilité de mensualiser le loyer, alors qu’actuellement les paiements se font dans la grande majorité des cas au trimestre. Ce qui pèse sur la trésorerie des commerçants, d’autant que la loi oblige au paiement à l’avance de deux loyers de garantie. Soit sur la base d’un rythme trimestriel, six mois de dépôt de garantie ! La mensualisation réduirait ainsi ce dépôt à deux mois.

Lire aussi : Annonces-legales.fr : Baisse du tarif forfaitaire des annonces de création de sociétés en 2022

Une nouvelle disposition à laquelle les fédérations de bailleurs, et notamment le Conseil National des Centres Commerciaux, se sont montrées ouvertes. Mais exigent en contrepartie des compensations, et notamment l’assurance en cas d’impayés de pouvoir évincer le locataire en quinze jours, sans accord préalable du juge ! Une demande immédiatement rejetée par les fédérations de commerçants. « Toutes les enseignes qui ne paient pas ne sont pas forcément des mauvaises payeuses, justifie Yohann Petiot, délégué général de l’Alliance du commerce. Certaines peuvent être en conflit avec leur bailleur. Une expulsion sans contrôle du juge est une précarisation inacceptable. » La porte des négociations n’a pour autant pas été complétement refermée. « C’est un sujet essentiel qu’il faudra remettre sur la table », poursuit Yohan Petiot. Affaire à suivre donc.

Restez informés de l’actu pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne