Fonds de solidarité, loyers, charges… Nouvelles aides pour les entreprises

Bruno Le Maire a présenté une série de nouvelles mesures à destination des entreprises et des indépendants. Récapitulatif des aides qui vont être mises en place.

aides entreprises confinement

« J’ai plaidé pour que nous fassions le maximum pour maintenir l’activité. Nous ne devons pas ajouter la crise sociale à la crise sanitaire », a expliqué d’emblée le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, lors de la présentation des nouvelles mesures de soutien à destination des entreprises. Chômage partiel, exonération de charges sociales, fonds de solidarité, prêts garantis d’Etat : les dispositifs utilisés lors de la première période de confinement ont ainsi été reconduits, mais cette fois-ci avec des montants bien supérieurs. Un crédit d’impôt va également être mis en place afin d’inciter les bailleurs à “offrir” un mois de loyers aux commerçants. Explications.

Renforcement du fonds de solidarité

Première mesure, le fonds de solidarité va être considérablement renforcé, 6 milliards d’euros vont ainsi être mobilisés sur quatre semaines. Le ministre de l’économie a détaillé les entreprises qui bénéficieront de cette aide, qui pourra cette fois-ci aller jusqu’à 10 000 euros (en fonction de la perte de chiffre d’affaires), contre 1500 euros au mois de mars. Sont concernés :

  • Toutes les entreprises dont l’effectif est inférieur à 50 salariés, et qui font l’objet d’une fermeture administrative, pourront bénéficier d’une indemnité allant jusqu’à 10 000 euros. Cela vaut pour une grande partie des commerces, à savoir les restaurants, bars, boutiques de mode, librairies, coiffeurs, esthétique, fleuristes…
  • Les entreprises des secteurs dits protégés (des secteurs S1 et S1 bis, voir la liste détaillée en fin d’article), dont font notamment partie les professionnels du tourisme, de la culture, du sport et de l’évènementiel. Les entreprises de ces secteurs d’activités pourront elles aussi prétendre à l’aide allant jusqu’à 10 000 euros, y compris lorsqu’elles ne ferment pas (c’est le cas par exemple des hôtels), à condition néanmoins qu’elles accusent une perte de chiffre d’affaires de plus de 50 %.

Les entreprises qui ne sont pas frappées par une fermeture administrative ou qui ne font pas partie des secteurs S1 et S1 bis, pourront de leur côté prétendre à l’aide de 1500 euros, « dès lors qu’elles ont moins de 50 salariés et ont une perte de plus de 50 % », a précisé Bruno Le Maire.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter notre article dédié : Quelles sont les entreprises qui peuvent bénéficier de l’aide de 10 000 euros ?

Exonération de cotisations sociales

Par ailleurs, une vague d’exonération de paiement des cotisations sociales a également été annoncée, là encore à plusieurs niveaux.

  • Les entreprises de moins de 50 salariés qui ont été contraintes de fermer bénéficieront d’une exonération totale de leurs cotisations sociales.
  • Les entreprises des secteurs dits protégés (des secteurs S1 et S1 bis, voir la liste détaillée en fin d’article), dont font notamment partie les professionnels du tourisme, de la culture, du sport et de l’évènementiel auront également le droit aux mêmes exonérations de cotisations sociales patronales et salariales, même si elles poursuivent leur activité. Il faudra néanmoins pour ces dernières justifier d’une baisse de 50 % de leur chiffre d’affaires.
  • Concernant les travailleurs indépendants, les prélèvements sociaux seront automatiquement suspendus. Ceux qui subissent une fermeture administrative bénéficieront d’exonérations totales de leurs cotisations sociales.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter notre article dédié : Exonération de charges : Qui est concerné ?

Le chômage partiel maintenu

Pour les entreprises fermées administrativement, ainsi que pour celles faisant parties des secteurs S1 et S2 (voir la liste détaillée en fin d’article), le chômage partiel sera remboursé de manière intégrale par l’Etat jusqu’à la fin de l’année.

Pour les autres entreprises, le reste à charge sera de 15 %, alors qu’il devait initialement passer à 40 %. De leurs côtés, les salariés concernés percevront 70 % du salaire brut (84 % de son net) et non pas 60 % (72 %). 

Le remboursement des PGE assoupli

« Toutes les entreprises qui le souhaitent pourront demander un nouveau différé de remboursement d’un an, soit deux années au total de différé au lieu d’un an comme c’était le cas auparavant », a annoncé Bruno Le Maire. Concrètement, cela signifie qu’un chef d’entreprise qui ne serait pas en mesure de rembourser son prêt à partir de mars, avril ou mai 2021 (en fonction du mois où a été contracté le PGE en 2020) pourra attendre jusqu’à 2022 pour commencer son remboursement.

Par ailleurs, les entreprises sans solutions bancaires vont pouvoir se faire prêter directement par l’Etat. « Ces prêts exceptionnels de l’Etat, en apportant des quasi-fonds propres, viendront renforcer à la fois la trésorerie et la structure financière de ces entreprises », a expliqué Bruno Le Maire. Dans les faits, les entreprises de 0 à 10 salariés pourront ainsi demander un prêt allant jusqu’à 20 000 €. Les structures ayant entre 11 et 49 salariés pourront quant à elles obtenir jusqu’à 50 000 € de prêt exceptionnel, selon les secteurs. « Des dérogations jusqu’à 100 000 € pourront être octroyées au cas par cas ».

Loyers : un crédit d’impôt pour les bailleurs

Dernière annonce du Ministre de l’Economie, un crédit d’impôt va être instauré afin d’inciter les bailleurs à annuler une partie des loyers. Ainsi, les propriétaires qui accepteront de renoncer à au moins un mois de loyer sur la période octobre-novembre- décembre bénéficieront d’un crédit d’impôt à hauteur de 30 % du montant du loyer. Le dispositif sera ouvert à toutes les entreprises jusqu’à 250 salariés.

Pour plus d’informations vous pouvez consulter notre article dédié : Les conseils d’un avocat spécialisé pour négocier une diminution de votre loyer

Au total, l’ensemble de ces mesures devraient avoir un coût évalué à 15 milliards d’euros par mois de confinement. 

Restez informés de l’actu Covid pour les commerçants et indépendants :

Liste des secteurs d’activité S1

Liste S1 des activités soumises à des restrictions d’activité modifiée par le décret du 2 novembre 2020 relatif au fonds de solidarité.

  • Téléphériques et remontées mécaniques
  • Hôtels et hébergement similaire
  • Hébergement touristique et autre hébergement de courte durée
  • Terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs
  • Restauration traditionnelle
  • Cafétérias et autres libres-services
  • Restauration de type rapide
  • Services de restauration collective sous contrat, de cantines et restaurants d’entreprise
  • Services des traiteurs
  • Débits de boissons 10
  • Projection de films cinématographiques et autres industries techniques du cinéma et
    de l’image animée
  • Post-production de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision
  • Distribution de films cinématographiques
  • Conseil et assistance opérationnelle apportés aux entreprises et aux autres
    organisations de distribution de films cinématographiques en matière de relations
    publiques et de communication
  • Location et location-bail d’articles de loisirs et de sport
  • Activités des agences de voyage 15
  • Activités des voyagistes
  • Autres services de réservation et activités connexes
  • Organisation de foires, évènements publics ou privés, salons ou séminaires
    professionnels, congrès
  • Agences de mannequins
  • Entreprises de détaxe et bureaux de change (changeurs manuels)
  • Enseignement de disciplines sportives et d’activités de loisirs
  • Arts du spectacle vivant
  • Activités de soutien au spectacle vivant
  • Création artistique relevant des arts plastiques
  • Galeries d’art 25
  • Artistes auteurs
  • Gestion de salles de spectacles et production de spectacles
  • Gestion des musées
  • Guides conférenciers
  • Gestion des sites et monuments historiques et des attractions touristiques similaires
  • Gestion des jardins botaniques et zoologiques et des réserves naturelles
  • Gestion d’installations sportives
  • Activités de clubs de sports
  • Activité des centres de culture physique
  • Autres activités liées au sport
  • Activités des parcs d’attractions et parcs à thèmes, fêtes foraines
  • Autres activités récréatives et de loisirs
  • Exploitations de casinos
  • Entretien corporel
  • Trains et chemins de fer touristiques
  • Transport transmanche
  • Transport aérien de passagers
  • Transport de passagers sur les fleuves, les canaux, les lacs, location de bateaux de
    plaisance
  • Transports routiers réguliers de voyageurs
  • Autres transports routiers de voyageurs
  • Transport maritime et côtier de passagers
  • Production de films et de programmes pour la télévision
  • Production de films institutionnels et publicitaires
  • Production de films pour le cinéma
  • Activités photographiques
  • Enseignement culturel
  • Traducteurs – interprètes
  • Prestation et location de chapiteaux, tentes, structures, sonorisation, photographie,
    lumière et pyrotechnie
  • Transports de voyageurs par taxis et véhicules de tourisme avec chauffeur
  • Location de courte durée de voitures et de véhicules automobiles légers
  • Fabrication de structures métalliques et de parties de structures
  • Régie publicitaire de médias
  • Accueils collectifs de mineurs en hébergement touristique

Liste des secteurs d’activité S1 bis

Liste S1 bis des secteurs dépendants des activités listées en S1 modifiée par le décret du 2 novembre 2020.

  • Culture de plantes à boissons
  • Culture de la vigne
  • Pêche en mer
  • Pêche en eau douce
  • Aquaculture en mer
  • Aquaculture en eau douce
  • Production de boissons alcooliques distillées
  • Fabrication de vins effervescents
  • Vinification
  • Fabrication de cidre et de vins de fruits
  • Production d’autres boissons fermentées non distillées
  • Fabrication de bière
  • Production de fromages sous appellation d’origine protégée ou indication
    géographique protégée
  • Fabrication de malt
  • Centrales d’achat alimentaires
  • Autres intermédiaires du commerce en denrées et boissons
  • Commerce de gros de fruits et légumes
  • Herboristerie/ horticulture/ commerce de gros de fleurs et plans
  • Commerce de gros de produits laitiers, œufs, huiles et matières grasses comestibles
  • Commerce de gros de boissons
  • Mareyage et commerce de gros de poissons, coquillages, crustacés
  • Commerce de gros alimentaire spécialisé divers
  • Commerce de gros de produits surgelés
  • Commerce de gros alimentaire
  • Commerce de gros non spécialisé
  • Commerce de gros de textiles
  • Intermédiaires spécialisés dans le commerce d’autres produits spécifiques
  • Commerce de gros d’habillement et de chaussures
  • Commerce de gros d’autres biens domestiques
  • Commerce de gros de vaisselle, verrerie et produits d’entretien
  • Commerce de gros de fournitures et équipements divers pour le commerce et les
    services
  • Commerce de détail en magasin situé dans une zone touristique internationale
    mentionnée à l’article L. 3132-24 du code du travail, à l’exception du commerce
    alimentaire ou à prédominance alimentaire (hors commerce de boissons en magasin
    spécialisé), du commerce d’automobiles, de motocyles, de carburants, de charbons et
    combustibles, d’équipements du foyer, d’articles médicaux et orthopédiques et de
    fleurs, plantes, graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux
  • Blanchisserie-teinturerie de gros
  • Stations-service
  • Enregistrement sonore et édition musicale
  • Editeurs de livres
  • Services auxiliaires des transports aériens
  • Services auxiliaires de transport par eau
  • Boutique des galeries marchandes et des aéroports
  • Magasins de souvenirs et de piété
  • Autres métiers d’art
  • Paris sportifs
  • Activités liées à la production de matrices sonores originales, sur bandes, cassettes,
    CD, la mise à disposition des enregistrements, leur promotion et leur distribution
  • Tourisme de savoir-faire : entreprises réalisant des ventes directement sur leur site de
    production, aux visiteurs et qui ont obtenu le label : « entreprise du patrimoine vivant »
    en application du décret n°2006-595 du 23 mai 2006 relatif à l’attribution du label «
    entreprise du patrimoine vivant » ou qui sont titulaires de la marque d’Etat « Qualité
    Tourisme TM » au titre de la visite d’entreprise ou qui utilisent des savoir-faire inscrits
    sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité prévue par la
    convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée à Paris le 17
    octobre 2003, dans la catégorie des « savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel »
  • Activités de sécurité privée
  • Nettoyage courant des bâtiments
  • Autres activités de nettoyage des bâtiments et nettoyage industriel
  • Fabrication de foie gras
  • Préparation à caractère artisanal de produits de charcuterie
  • Pâtisserie
  • Commerce de détail de viandes et de produits à base de viande en magasin spécialisé
  • Commerce de détail de viande, produits à base de viandes sur éventaires et marchés
  • Fabrication de vêtements de travail
  • Reproduction d’enregistrements
  • Fabrication de verre creux
  • Fabrication d’articles céramiques à usage domestique ou ornemental
  • Fabrication de coutellerie
  • Fabrication d’articles métalliques ménagers
  • Fabrication d’appareils ménagers non électriques
  • Fabrication d’appareils d’éclairage électrique
  • Travaux d’installation électrique dans tous locaux
  • Aménagement de lieux de vente
  • Commerce de détail de fleurs, en pot ou coupées, de compositions florales, de plantes
    et de graines
  • Commerce de détail de livres sur éventaires et marchés
  • Courtier en assurance voyage
  • Location et exploitation d’immeubles non résidentiels de réception
  • Conseil en relations publiques et communication
  • Activités des agences de publicité
  • Activités spécialisées de design
  • Activités spécialisées, scientifiques et techniques diverses
  • Services administratifs d’assistance à la demande de visas
  • Autre création artistique
  • Blanchisserie-teinturerie de détail
  • Construction de maisons mobiles pour les terrains de camping
  • Fabrication de vêtements de cérémonie, d’accessoires de ganterie et de chapellerie et
    de costumes pour les grands évènements
  • Vente par automate
  • Commerce de gros de viandes et de produits à base de viande
  • Activités des agences de placement de main-d’œuvre
  • Garde d’animaux de compagnie avec ou sans hébergement
  • Fabrication de dentelle et broderie
  • Couturiers
  • Entreprises artisanales réalisant au moins 50 % de leur chiffre d’affaires par la vente
    de leurs produits ou services sur les foires et salons
  • Métiers graphiques, métiers d’édition spécifique, de communication et de conception
    de stands et d’espaces éphémères réalisant au moins 50 % de leur chiffre d’affaires
    avec une ou des entreprises du secteur de l’organisation de foires, d’évènements
    publics ou privés, de salons ou séminaires professionnels ou de congrès
  • Fabrication et distribution de matériels scéniques, audiovisuels et évènementiels
  • Prestation de services spécialisés dans l’aménagement et l’agencement des stands et
    lieux lorsque au moins 50 % du chiffre d’affaires est réalisé avec une ou des entreprises
    du secteur de la production de spectacles, l’organisation de foires, d’évènements
    publics ou privés, de salons ou séminaires professionnels ou de congrès
  • Activités immobilières, lorsque au moins 50 % du chiffre d’affaires est réalisé avec une
    ou des entreprises du secteur de l’organisation de foires, d’évènements publics ou
    privés, de salons ou séminaires professionnels ou de congrès.
  • Entreprises de transport réalisant au moins 50 % de leur chiffre d’affaires avec une ou
    des entreprises du secteur de l’organisation de foires, d’évènements publics ou privés,
    de salons ou séminaires professionnels ou de congrès.
  • Entreprises du numérique réalisant au moins 50 % de leur chiffre d’affaires avec une
    ou des entreprises du secteur de l’organisation de foires, d’évènements publics ou
    privés, de salons ou séminaires professionnels ou de congrès
  • Fabrication de linge de lit et de table lorsque au moins 50 % du chiffre d’affaires est
    réalisé avec une ou des entreprises du secteur de l’hôtellerie et de la restauration
  • Fabrication de produits alimentaires lorsque au moins 50 % du chiffre d’affaires est
    réalisé avec une ou des entreprises du secteur de la restauration
  • Fabrication d’équipements de cuisines lorsque au moins 50 % du chiffre d’affaires est
    réalisé avec une ou des entreprises du secteur de la restauration
  • Installation et maintenance de cuisines lorsque au moins 50 % du chiffre d’affaires est
    réalisé avec une ou des entreprises du secteur de la restauration
  • Elevage de pintades, de canards et d’autres oiseaux (hors volaille) lorsque au moins
    50 % du chiffre d’affaires est réalisé avec une ou des entreprises du secteur de la
    restauration.

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne