Croissance, inflation, pouvoir d’achat : Les prévisions s’assombrissent

Une récente note de l’OFCE revoit ses prévisions de croissance à la baisse pour 2022. La consommation des Français devrait en revanche retrouver son niveau de 2021, après un premier trimestre en baisse.

inflation France 2022

Le contexte géopolitique actuel pèse toujours sur les économies européennes, et la France, bien que moins touchée que ses voisins, ne fait pas pour autant exception à la règle. Dans une récente note de conjoncture, l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a ainsi de nouveau dégradé ses prévisions de croissance pour 2022, passant de 2,7% à 2,4%. Première conséquence directe de cette détérioration de l’économie, le pouvoir d’achat devrait connaître cette année sa deuxième plus forte baisse en trente ans, depuis le grand choc fiscal des années 2012-2013. « Le pouvoir d’achat par unité de consommation se contracterait de 0,8 % en 2022, malgré la revalorisation accélérée de 4 % des prestations sociales dès juillet », anticipe ainsi l’OFCE.

Inflation très haute

Dans ce contexte pourtant défavorable, l’OFCE estime que la consommation devrait néanmoins repartir légèrement à la hausse d’ici les prochaines semaines, après un recul de 1,5% au premier trimestre. Ce qui porterait le taux à 0% en glissement annuel en fin d’année. Et ce malgré une inflation toujours très haute, puisque la hausse des prix pourrait s’approcher de la barre des 5% en 2022, dont 22% pour les seuls produits énergétiques ! Mais cela aurait pu être pire. « Sans les mesures spécifiques prises par le gouvernement (bouclier tarifaire, remise de 15 centimes sur les carburants etc.), l’inflation se serait établie à 7 % », précise ainsi Mathieu Plane.

Lire aussi : Les prix des fonds de commerce continuent de s’envoler !

Une intervention salvatrice donc, mais qui ne sera pas sans conséquence sur le déficit public, attendu à 5,6% du PIB, après -8,9% en 2020, et -6,5% en 2021. De quoi compliquer encore l’équation budgétaire, alors que les marges de manœuvre sont déjà limitées, avec une dette publique qui devrait stagner autour des 112% du PIB…

Restez informés de l’actu pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez de notre offre découverte :

1€/mois pendant 3 mois
Je m’abonne