Coronavirus : Quels sont les commerces autorisés à ouvrir ?

Quels sont les commerces autorisés à ouvrir leurs portes au public ? Le gouvernement vient de publier un arrêté précisant les autorisations d’ouverture.

coronavirus commerce
Crédit : PHILIPPE LOPEZ / AFP.

C’est sans aucun doute l’information qui a le plus circulé ces dernières 24 heures : tous les commerces dits non essentiels ont l’obligation de fermer leurs portes au public, en raison de la propagation de l’épidémie de Covid-19. Mais qui sont précisément ces commerçants qui ont l’autorisation d’accueillir de la clientèle, et ceux qui doivent impérativement fermer ? Face aux interrogations de nombreux commerçants et consommateurs, un Journal officiel vient exceptionnellement d’être publié ce lundi, pour préciser dans un arrêté les commerces concernés par la fermeture décidée samedi soir par le gouvernement. 

Outre les magasins alimentaires, pharmacies, bureaux de tabac, banques et stations-essence, dont on savait déjà qu’ils pouvaient rester ouverts, sont donc autorisés à ouvrir leurs portes les revendeurs d’équipements d’automobiles et de deux roues, les vendeurs et réparateurs d’ordinateurs ou de téléphonie, les kiosques, les blanchisseries ou encore les pompes funèbres.

Consultez la liste complète des magasins autorisés à ouvrir en cliquant ici.

Que risque-t-on en cas d’ouverture illégale d’un lieu non essentiel ?

Interrogée sur LCI sur les sanctions à l’encontre des commerçants non autorisés à ouvrir qui braveraient l’interdiction, la ministre du travail Muriel Pénicaud s’est montrée assez ferme. « Si un commerce est encore ouvert, les forces de l’ordre iront rappeler à l’employeur qu’il doit fermer », a-t-elle déclaré. « Quand la police vient vous dire qu’il faut fermer, vous fermez immédiatement », a-t-elle martelé, sans préciser néanmoins si des amendes seraient appliquées.

Objectif 100 000 signatures minimum pour forcer le gouvernement à supprimer les charges fiscales et sociales des commerçants !

La pétition que nous avons lancée jeudi 12 mars pour réclamer la suppression des charges des commerçants rencontre un véritable succès, avec d’ores et déjà plusieurs dizaines de milliers de signatures ! Mais ce n’est pas encore suffisant, les commerçants indépendants ont besoin aujourd’hui d’être soutenus par une mobilisation citoyenne massive. Que vous soyez commerçant ou simple consommateur, vous pouvez signer la pétition. Aidez-nous aussi à la partager massivement !