Conjoncture : croissance ralentie en 2019

L’Insee vient de publier sa prévision de croissance pour l’économie française en 2019, en léger recul par rapport à l’année précédente.

L’économie française va continuer de croître en 2019, mais à un rythme moins soutenu qu’en 2018. Telles sont les indications de l’Insee, qui vient de publier sa première prévision de croissance de l’année. En effet, alors qu’il avait augmenté de 1,7% en 2018, le PIB français ne devrait progresser que de « seulement » 1,3% en 2019. Soit légèrement moins que ce qu’ambitionne le gouvernement Philippe (1,4%).

croissance-économique-France-2019

L’Insee table ainsi sur une croissance de 0,3% par trimestre cette année (ce qui est déjà le cas pour janvier/février/mars 2019), un rythme de croisière que connait l’économie française depuis le mois de juillet 2018.

La croissance tirée par la hausse de la demande intérieure

Le ralentissement de la croissance française depuis mi 2018 s’explique en partie par la dégradation globale de la conjoncture internationale. La croissance des économies de la planète est ainsi passée de 4 % en 2017, à 3,6 % en 2018, et ne devrait pas dépasser les 3,3 % en 2019. Un coup dur pour les pays européens exportateurs, et notamment l’Allemagne et l’Italie, qui devraient connaître un ralentissement de leur croissance encore plus prononcé (respectivement 0,6% et 0,1%). En France également, le commerce extérieur ne devrait pas contribuer à la croissance cette année.

Lire aussi : 5 métiers du commerce qui cartonnent !

A l’inverse, la croissance économique devrait être tirée par l’augmentation de la demande intérieure (+1,3%, contre +0,9% en 2018). Pourtant, comme l’indique l’Insee, et comme l’a également rappelé la Banque de France, les Français préfèrent pour le moment épargner les gains de pouvoir d’achat obtenus suite au mouvements des gilets jaunes. Des gains estimés à 8,5 milliards d’euros entre octobre 2018 et mars 2019, alors même que dans le même temps la consommation n’a augmenté que de 3,1 milliards d’euros. Une tendance à l’épargne qui devrait perdurer au cours des prochains trimestres, les gains de pouvoir d’achat seront ainsi dépensés sur la durée, estiment les économistes de la Banque de France.

Le chômage devrait légèrement baisser

Si la croissance économique devrait en toute logique ralentir en 2019, elle reste néanmoins au dessus de la moyenne européenne et suffisante pour faire reculer le taux de chômage. Avec une population active qui ne cesse de diminuer en France, il devrait baisser de 0,1 point par trimestre, et s’établir ainsi à 8,3 % en fin d’année (contre 8,8 % fin 2018). Une bonne nouvelle dans ce contexte économique en demi-teinte.