Actu / Débat

5 métiers du commerce qui cartonnent !

Une enquête exclusive de la FCGA recense les évolutions de chiffre d’affaires en fonction des secteurs d’activité. 5 métiers du commerce, du service et de l’artisanat sont particulièrement à la hausse.

En 2018, l’activité des petites entreprises du commerce, de l’artisanat et des services s’est une nouvelle fois inscrit en baisse, à – 0,8 % (après -1 % en 2017). C’est en tout cas ce qu’il ressort du « tops et flops des TPE en 2018 », établit chaque année par la Fédération des Centres de Gestion Agréés (FCGA). Un ralentissement qui masque néanmoins de fortes disparités entre les multiples secteurs d’activité qui composent le commerce et l’artisanat français. Découvrez donc sans plus attendre les métiers du commerce, du service et de l’artisanat qui se sont le mieux portés en 2018, mais également ceux qui apparaissent le plus à la peine.

5 métiers qui cartonnent
Les détaillants en fruits et légumes font partie des métiers du commerce qui ont enregistré la plus forte hausse de leur chiffre d’affaires en 2018.

1) Les chauffeurs de taxis (+4,3%)

Alors que la concurrence des VTC et d’autres plateformes de chauffeurs en ligne tels qu’Uber pouvait laisser présager une baisse d’activité chez les chauffeurs de taxis, ces derniers enregistrent cette année la meilleure performance tous secteurs d’activité confondus, avec une hausse de leur chiffre d’affaires de +4,3%. Le secteur du transport en général affiche sa bonne santé, en hausse de +2,5 % sur l’année.

2) La charcuterie artisanale (+2,3%)

Les tendances de consommation actuelles montrent que le consommateur est à la recherche de produits authentiques et de qualité. Dans ce contexte, la hausse de chiffre d’affaires enregistrée par le secteur de la charcuterie artisanale (+2,3%) n’apparaît pas comme une surprise. A noter également les bonnes performances de la crèmerie-fromagerie (+0,6 %) et des cavistes (+1,5 %).

3) Les détaillants en fruits et légumes (+ 2,1 %)

Suivant la même tendance de recherche de produits frais, bio et plus gustatifs, le secteur des fruits et légumes au détail affiche lui aussi sa bonne santé économique (+2,1%). A noter que cette « performance » vient après une forte chute de l’activité en 2017 (-3,0 %).

4) Les pharmaciens (+1,7%)

Alors que les produits pharmaceutiques ont vu leur prix baisser d’en moyenne 4,1% l’année passée, les officines enregistrent quand même une hausse de l’activité (+1,7%). Une progression d’autant plus remarquée que le chiffre d’affaires du secteur ne parvenait pas à véritablement progresser durant les quatre dernières années.

5) Les commerces d’alimentation générale (+1,1%)

Après cinq années de chute de l’activité, le commerce d’alimentation générale a retrouvé des couleurs en 2018 (+1,1%). Une bonne nouvelle dans un contexte de hausse des prix des produits alimentaires de l’ordre 2,6%. Pour 2019, les prévisions de la FCGA tablent en revanche sur une légère baisse (-0,1%).

Lire aussi : Les 6 centres-villes les plus dynamiques de France

Les métiers du commerce qui connaissent les plus grandes difficultés

L’étude de la FCGA met également en lumière les secteurs d’activités qui ont connu le plus de difficultés l’année passée. Une nouvelle fois, l’équipement de la personne se distingue en enregistrant de fortes chutes de son activité, tant pour le prêt-à-porter (-5,6 %), que la chaussure (-5,2 %), les boutiques de mercerie-lingerie-laine (-4,5 %) et les magasins de vêtements enfants (-4,1 %).

Une période difficile que connaissent également les professionnels du secteur de la culture et les loisirs (-2,9 %, contre -4,4 % en 2017). Dans un autre registre, après une année 2017 florissante pour les commerces de cycles et de scooters (+4,5 %), la chute du secteur est brutale en 2018 (-4,8%). Un retournement brusque qui pourrait s’expliquer par des restrictions drastiques d’accès à la prime d’Etat et aux aides locales pour l’achat de vélos à assistance électrique.

Et aussi, les cafés, hôtels et restaurants (+0,5 %, contre +0,2 % en 2017), la vente et la réparation auto (+0,5 %, contre +0,2 % en 2017), la beauté-esthétique (-0,5 %, contre -1,1 % en 2017), l’équipement de la maison (-0,8 %, contre -2,7 % en 2017), l’artisanat du bâtiment (-1,7 %, contre -1,3 % en 2017), les entreprises de parcs et jardins (+1,7 %, contre +2,2 % en 2017), les magasins de bricolage (-3,5 % contre +1,3 % en 2017).

2 Comments

  1. Philippe MENUDIER

    enfin la vérité sur les commerces qui sont en déclin A CAUSE DE L’INTERNET ( vous oubliez de préciser les causes…. )

    vous avez oublié de nous parler des opticiens et des agences immobilières qui fleurissent dans tous les coins ….

  2. Marc JOND-NECAND

    Bonjour
    Hélas quand je vois les résultats de nombreux détaillants et chaînes sur ces 6 premiers mois de l’annee je crains que 2019 soit pire encore que 2018 et la bagarre de prix et promos en tout genre s’intensifie… Mais où va t’on avec ces fringues qui innondent le marché et qui n’attirent plus le consommateur ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*