Commerces et restaurateurs fermés : la double peine !

Pas de sursis pour les commerçants et restaurateurs, dès vendredi les professionnels devront à nouveau baisser le rideau. Seul lueur d’espoir annoncée par le Président, si d’ici deux semaines les chiffres de l’épidémie sont à la baisse, une réouverture serait envisageable. Faut-il y croire ?

Bruno Manuel a photographié en 2019 des façades de commerces fermés, certains depuis des décennies. En France, en Belgique, en Italie, aux Pays-Bas et en Espagne.

Sans surprise, Emmanuel Macron a rétabli le confinement et même s’il est légèrement moins restrictif, les commerces dit “non essentiels” et les bars restaurants devront garder porte close. Même s’il était attendu et redouté, il s’agit d’un véritable coup de massue pour les commerçants, poussants certains à jeter l’éponge ces derniers jours, en prévision de cette nouvelle épreuve. Et l’épreuve risque d’être encore plus dure cet automne. Certes les aides ont été renforcées, mais elles ne compenseront pas le coût des charges fixes et cette fois-ci les PGE (prêts garanties par l’Etat) ne pourront plus servir d’amortisseur, car il ont déjà été massivement souscrits par les commerçants.

Lire aussi : Comment négocier son loyer à la baisse en raison du Covid-19 ?

Les métiers de service comme les coiffeurs ou les esthéticiennes, ne pourront pas compenser les pertes et les rayons des magasins sont encore bien garnis. Les boutiques de mode, par exemple, en pleine commercialisation des collections, vont encore se retrouver avec des stocks sur les bras. Encore une fois ce sont les géants du net qui vont bénéficier de l’effet d’aubaine, Amazon en tête. Sans compter les grandes surfaces, qui sous prétexte qu’elles distribuent “des produits essentiels”, sont autorisées à vendre aussi les articles “non essentiels”, au nez à la barbe des commerçants contraints eux de fermer. On croit rêver ! A croire que les infections se multiplient dans les cabines d’essayages ou sur les comptoirs des fromagers ou des fleuristes !

Quiqu’il en soit, la messe est dite. Et, dans l’attente d’une éventuelle amélioration qui laisserait entrevoir la réouverture de certains commerces d’ici deux semaines, les commerçants “vont devoir faire avec”. Avec les aides accordées aux commerces sous contrainte de fermeture administrative, mais aussi avec… leurs nerfs ! Courage à tous et plus de précisions dans nos colonnes dans les jours qui suivent.

Pétition – La vente des produits « non essentiels » doit être interdite dans les grandes surfaces !

Cette distorsion de concurrence est inacceptable, alors même que débute la période des achats de Noël. Rappelons qu’une part très importante du chiffre d’affaires se réalise en fin d’année pour une grande partie des commerçants indépendants. Dans ce contexte, il est alors nécessaire que les rayons commercialisant ces produits dits « non essentiels » au sein des chaînes de grande distribution soient également fermés. 

C’est en ce sens que nous vous invitons aujourd’hui à signer et à partager massivement cette pétition autour de vous. Mobilisons-nous pour le commerce de proximité !

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne