« Boulanger de France », le label qui défend les boulangeries indépendantes

Pour lutter contre la concurrence des grandes chaînes, la Confédération de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF) vient de lancer le label « Boulanger de France ». La fabrication du pain, des viennoiseries et des pâtisseries devront se faire sur place. 

boulanger de France

Les artisans boulangers de France veulent préserver leur savoir-faire et leur authenticité, face aux grandes chaînes de la boulangerie qui ne cessent de gagner des parts de marchés ces dernières années. Dernière initiative en date de la part de la Confédération de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF), la création au mois de janvier 2020 du label « Boulanger de France ». Ce nouveau label garantit que non seulement le pain est fabriqué sur place, mais également les « croissants, pains au chocolat (ou chocolatines), pains aux raisins (ou escargots), brioches, pains au lait, galettes des rois (ou gâteaux des rois), éclairs, religieuses, millefeuilles, Paris-Brest, opéras, tartes aux fruits, flans, chaussons aux pommes, quiches, pizzas et sandwiches », indique la CNBPF.

Les artisans boulangers français pourront ainsi se démarquer des grandes chaînes, qui pour la plupart d’entre elles ne fabriquent que leur pain sur place, contrairement à leurs pâtisseries et viennoiseries, souvent confectionnées ailleurs.

Mettre en avant la profession

Cette campagne de communication vise également à redorer l’image de la profession de boulanger, qui fait face aujourd’hui à des difficultés de recrutement. Selon la CNBPF, près de 9 000 postes sont ainsi à pourvoir dans la boulangerie-pâtisserie, dans un secteur qui représente quelques 130 000 emplois pour près de 33 000 points de vente. Dans cet ensemble, l’industrie représente 45 % du marché de la boulangerie (chaînes, boulangeries industrielles, grandes surfaces) et les artisans boulangers 55 %.

Comment adhérer au label « Boulanger de France » ?

Comme le précise la documentation de la CNBPF, l’adhésion pour 2 ans au label « Boulanger de France » coûte 310 € HT pour les adhérents d’un groupement départemental. « Cette somme correspond aux frais de contrôle et d’agrément par l’organisme certificateur indépendant », justifie la confédération. Pour un non-adhérent, le prix est quant à lui de 620 € HT pour 2 ans si l’adhésion est effective avant le 31/12/2020, et de 1 000 € HT après cette date.

Lire aussi : Sondage exclusif : les attentes des commerçants indépendants en 2020

Une fois votre adhésion réglée, vous recevrez alors la visite d’un organisme certificateur indépendant qui validera le respect des engagements. Et, dès lors que vous aurez obtenu l’agrément, vous pourrez commander le matériel de communication qui comprend « 3 affiches, 2 vitrophanies, des autocollants) ainsi que tout le matériel pour former vos équipes et créer vous-même vos supports de communication ». L’occasion de montrer à vos clients que votre entreprise possède un véritable savoir-faire.

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne