Amazon impose ses promos dès octobre et rafle la mise !

Fort de son emprise mondiale sur le commerce, Amazon déploie les 13 et 14 octobre son opération promotionnelle Prime Day dans 19 pays. Durant 48H00 « les membres Amazon Prime bénéficieront d’un accès exclusif à plus d’un million d’offres », soit un jackpot à 10 milliards de dollars !

Quand on en est encore à débattre de la date des soldes de janvier, Amazon ne s’encombre pas de principe et dégaine « des millions d’offres exclusives » dès la mi-octobre. Pourquoi laisser les clients acheter en fonction de leurs besoins et au passage les commerçants répondre à leurs attentes, quand on peut accaparer des ventes à coups d’offres commerciales plus ou moins fictives ! Pourquoi même attendre le Black Friday quand on est une entreprise si importante que les ventes et la capitalisation boursière sont supérieures au PIB de nombreux pays !

Le comble c’est qu’Amazon prétend « Soutenir les petites et moyennes entreprises »… Et de mettre en avant sa market place « Plus de la moitié des articles vendus sur Amazon à travers le monde proviennent de vendeurs tiers, principalement de petites et moyennes entreprises », assène le géant de Seattle, arguant plus de 2 milliards d’euros de ventes pour celles-ci lors de la dernière édition du Prime Day. Ce qu’Amazon oublie de dire, c’est que ces petites entreprises n’ont pas le choix, coincées stratégiquement par les géants du web. En effet, comment attirer des visiteurs sur son site web, quand on est en 5ème ou 6ème page de Google et que ce sont justement les places de marchés qui trustent la première page.

Lire aussi : 5 techniques pour booster le compte Instagram de votre commerce

Un soutien affiché aux petites entreprises qui ne manque pas de culot, quand on sait qu’Amazon prélève sans complexe des frais de vente, des frais de gestion et un abonnement sur chaque vendeur. Soit des milliards d’euros engrangés chaque année par l’ogre de Seattle sur le dos des commerçants.  Et, comme on le sait, pour qu’une entreprise fonctionne, il lui faut conserver une certaine marge. Doit-on continuer ce marché de dupe des fausses promotions ? Comment qualifier la méthode qui consiste à gonfler artificiellement le prix d’un article, pour le ramener ensuite à coup de rabais de 30, 50, voire 70% au prix du marché !

De fait, cette année 2020 s’avère exceptionnelle pour Amazon, selon eMarketer l’opération Prime Day pourrait engendrer 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires au niveau mondial, soit 43% de plus que l’année dernière. Un niveau de ventes tel qu’il devrait générer des soucis de gestion selon James Thomson ex responsable de la division Services d’Amazon et consultant pour l’agence marketing Buy Box Exports, étant donné que la multinationale est déjà confrontée une forte hausse des achats quotidiens hors opération commerciale.

Reste à savoir si ces ventes sont rentables ou si Amazon poursuit sa stratégie de conquête de part de marché, dans le but d’écraser la concurrence. Et, à l’heure où l’on souhaite redonner un sens à nos achats, doit-on orienter le consommateur uniquement sur le prix ou l’aider à se poser de bonnes questions : dois-je acheter ou louer ou encore rechercher une occasion ? Quel impact sur l’environnement ? Quid de la qualité et du pays de fabrication ? « Le jour d’après ne ressemblera pas au jour d’avant », a martelé le président Macron suite à la crise sanitaire. Il est temps de passer de la parole aux actes et d’encadrer les promotions.

STOP AUX FAUSSES PROMOTIONS : Signez la pétition

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne