Aide à l’embauche d’un jeune : Comment en bénéficier ?

Le gouvernement a lancé un « Plan Jeunes » visant à inciter au recrutement des nouveaux arrivés sur le marché du travail, avec comme mesure phare la création d’une aide à l’embauche pouvant aller jusqu’à 4 000 €.

Dans un contexte économique toujours particulièrement tendu, le gouvernement a décidé de lancer son « Plan Jeunes », avec pour mesure phare une aide à l’embauche pouvant aller jusqu’à 4 000 €. Quelles sont les conditions pour en bénéficier, et à quelle fréquence cette aide sera-t-elle versée ? Un décret détaillant les modalités d’application vient d’être publié.

Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Pour pouvoir solliciter cette aide, le salarié recruté devra être embauché en CDI ou même en CDD, à condition qu’il soit d’au moins 3 mois. Le plafond de salaire pour bénéficier de cette aide se monte quant à lui à 2 Smic (3 078,84 € bruts mensuels pour 35 heures). Autre condition, l’employeur ne doit pas toucher dans le même temps une autre aide de l’État à l’insertion, à l’accès ou au retour à l’emploi pour le salarié en question. Au 1er janvier 2020, il ne doit pas non plus avoir procédé à un licenciement pour motif économique sur le poste concerné. Enfin, et précision importante, elle ne peut être sollicité que pour le recrutement d’un jeune de moins de 26 ans, entre le 1er août 2020 et le 6 février 2021.

Quand cette aide sera-t-elle versée ?

La prime ne sera pas versée lors de la signature du contrat, mais après chaque trimestre travaillé. « La plateforme de téléservice permettant le dépôt de la demande, auprès de l’Agence de services et de paiement, sera ouverte à partir du 1er octobre 2020, pour obtenir le versement d’un premier paiement trimestriel », précise le ministère. Une fois cette télédéclaration faite, l’aide sera alors versée à l’employeur dans un délai de quatre mois.

Lire aussi : Embauche : Une aide de 5000 à 8000 euros par apprenti

Concernant le montant de l’aide, celle-ci sera calculée au prorata du temps de travail et de la durée effective du contrat. Elle sera versée « à terme échu, à un rythme trimestriel à raison de 1 000 € au maximum par trimestre dans la limite d’un an ». Concrètement, pour un CDD d’une durée de 7 mois et demi, l’aide sera de 2500 euros (1000 euros par trimestre + 500 euros pour la moitié du troisième trimestre). Elle sera de 4000 € si le contrat dure pour une durée d’un an ou plus.

RESTEZ INFORMÉS SUR L’ACTU ET LES DISPOSITIFS RÉSERVÉS AUX COMMERÇANTS ET ARTISANS

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne