L’aide à l’embauche d’un jeune prolongée jusqu’au 31 mai

L’aide à l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans, qui devait initialement prendre fin le 31 janvier, a finalement été prolongée jusqu’au 31 mai 2021.

Dans un contexte économique toujours particulièrement tendu, le gouvernement a décidé de prolonger l’aide à l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans, qui peut aller jusqu’à 4 000 €.

Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Pour rappel, afin de pouvoir solliciter cette aide, plusieurs conditions doivent être réunies :

  • Le salarié recruté doit avoir moins de 26 ans à la date de la conclusion du contrat.
  • Si le salarié est recruté en CDD, le contrat doit être d’une durée de 3 mois minimum.
  • Le contrat doit être conclu entre le 1er août 2020 et le 31 mai 2021.
  • L’aide peut être demandée jusqu’à 4 mois après signature du contrat, donc le 30 septembre 2021 date limite.
  • Le salarié ne doit pas être dans l’entreprise à partir du 1er août 2020 sur un contrat qui ne donne pas droit à cette aide à l’embauche.
  • Sa rémunération doit être inférieure ou égale à 2 fois le Smic, soit 3 110 € mensuels.
  • L’employeur ne doit pas percevoir d’autre aide de l’État pour ce salarié. Par exemple, l’employeur n’a pas droit à l’aide à l’embauche des moins de 26 ans pour un contrat d’alternance (apprentissage ou contrat de professionnalisation). En revanche, elle pourra être versée si le salarié est embauché après son alternance.
  • Le poste concerné par l’embauche ne doit pas avoir fait l’objet d’un licenciement économique en 2020.

A quelle moment cette aide est-elle versée ?

La prime n’est pas versée lors de la signature du contrat, mais après chaque trimestre travaillé. Une fois cette télédéclaration faite, l’aide est alors versée à l’employeur dans un délai de trois mois.

Lire aussi : Embauche : Une aide de 5 000 à 8 000 euros par apprenti

Concernant le montant de l’aide, celle-ci est calculée au prorata du temps de travail et de la durée effective du contrat. Elle ne prend donc pas en compte les périodes d’activité partielle, ni les absences non rémunérées. Elle est versée « à terme échu, à un rythme trimestriel à raison de 1 000 € au maximum par trimestre dans la limite d’un an ». Concrètement, pour un CDD d’une durée de 7 mois et demi, l’aide sera de 2 500 euros (1 000 euros par trimestre + 500 euros pour la moitié du troisième trimestre). Elle sera de 4 000 € si le contrat s’étale sur une durée d’un an ou plus. A noter, que dans le cas où l’employeur licencie son salarié entre le 3e et le 4e mois après son embauche, il recevra une aide proportionnelle au temps de travail effectué.

Où faire la demande de cette aide à l’embauche ?

L’employeur dispose d’un délai de 4 mois à partir de la date de l’embauche pour faire sa demande d’aide. L’aide peut être demandée jusqu’à 4 mois après signature du contrat, donc le 30 septembre 2021 date limite. Celle-ci doit être déposée sur une plateforme en ligne de l’État, accessible en cliquant ici.

Restez informés de l’actu Covid pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne