15 propositions pour relancer le commerce

Dans un contexte économique toujours très incertain, le Conseil du Commerce de France présente 15 propositions d’avenir pour le commerce.

amiens-centre-ville-dynamique

Si la crise du covid-19 affecte l’ensemble des acteurs économiques du pays, l’impact est particulièrement prononcé chez les commerçants, qui ont connu depuis le début de l’année une baisse d’en moyenne 30 %, tous secteurs d’activités confondus. Face à ce contexte intenable, et alors même qu’une vague de faillites se profile, le Conseil du Commerce de France vient de présenter 15 propositions pour relancer le commerce. Baisse des charges, soutien à la transformation numérique et redynamisation des centres-villes sont notamment au menu de ces propositions d’avenir, que nous relayons dans cet article.

Axe 1 : Soutenir la digitalisation et le développement écoresponsable du commerce

  • Instaurer un crédit d’impôt ou mécanisme de sur-amortissement accéléré pour soutenir les investissements numériques, logistiques et écoresponsables de tous les commerçants.
  • Renforcer la capacité d’investissement des commerçants en suspendant la TASCOM pendant 3 ans, qui représente aujourd’hui une charge fiscale de près d’un milliard d’euros par an. « Le commerce pourrait utilement investir ces 3 milliards d’euros économisés dans sa transformation digitale », défend le CDCF.
  • Réduire le poids des impôts de production afin de rendre le commerce français plus compétitif face aux pure players internationaux (Amazon, Rakuten, CDiscount…)
  • Créer un livret « transformation numérique des entreprises », sur le modèle du livret de développement durable et solidaire (LDDS) pour orienter une partie de l’épargne des Français vers le financement de la transformation digitale du commerce.

Axe 2 : Développer les compétences des commerçants et de leurs collaborateurs

  • Allouer une plus grande partie des fonds de la formation professionnelle vers le financement des plans de développement et des compétences (PDC) de toutes les entreprises du commerce.
  • Exonérer de charges sociales toutes les heures de formation des salariés réalisées au titre de la reconversion ou de la promotion par alternance
  • Développer les diagnostics numériques des commerces et la formation des commerçants en abondant les fonds des OPCO dédiés à la réalisation de ces diagnostics

Un ensemble de mesures destinés à soutenir le besoin en formation des commerçants, notamment face au défi de la transformation numérique des commerces. Pour vous aider dans cette étape, l’echommerces met en relation les commerçants avec des formateurs spécialisés. N’hésitez pas à nous contacter, nos conseillers vous rappelleront gratuitement pour analyser votre situation et vous orienter vers la formation adéquate. Notre partenaire se chargera par la suite d’évaluer votre éligibilité au financement de la formation et de constituer votre dossier de prise en charge.

Axe 3 : Maintenir la dynamique de l’emploi du commerce dans les territoires

  • Poursuivre le développement de la formation en alternance dans le commerce en étendant aux contrats de professionnalisation l’aide à l’embauche prévue pour les contrats d’apprentissage.
  • Encourager l’embauche du premier salarié, quel que soit son âge, en prévoyant une prime à l’embauche et/ou en exonérant le salaire de toutes charges sociales pendant trois ans. « Près de 60 % des TPE du commerce n’ont aucun salarié, alors que l’amplitude horaire des points de vente justifierait au moins une embauche, ne serait-ce qu’en temps partiel. Cette mesure pourrait faciliter le recrutement des personnes que la crise aura malheureusement fait sortir de l’emploi », justifie le CDCF.
  • Libéraliser l’ouverture des magasins le dimanche et en soirée, sous réserve d’accord social fixant les contreparties accordées aux salariés. Une proposition qui ne semble néanmoins pas convenir aux commerçants indépendants, comme l’attestent les résultats de notre sondage sur la question.
ouverture du dimanche

Axe 4 : Accroître le pouvoir d’achat des ménages et soutenir la consommation

  • Créer pour les foyers les plus modestes des écochèques, sur le modèle belge, en prévoyant son financement par l’État dans un premier temps. « Ce supplément de pouvoir d’achat serait dédié aux achats notamment écoresponsables, comme un vélo électrique, un lave-linge plus économe en énergie ou en eau, des produits biologiques … ou encore des travaux de rénovation énergétique », développe le CDCF.
  • Exonérer de charges sociales les majorations de salaires dues au titre de l’ouverture dominicale des commerces, des heures complémentaires et des heures supplémentaires (depuis le 1er janvier, ces heures sont exonérées de cotisations d’assurance vieillesse) réalisées jusqu’au 31 décembre 2020.
  • Lancer une opération de communication du type « fête du Commerce » associant les fédérations de commerçants et associations de commerçants, les réseaux consulaires et les pouvoirs publics. « Cette campagne de communication viserait à valoriser le commerce auprès des clients, mais aussi auprès des jeunes et de leurs parents, sur le modèle de la semaine de l’industrie. »

Axe 5 : Alléger le coût de l’immobilier commercial afin de lutter contre la vacance commerciale

  • Engager rapidement une véritable réforme de la fiscalité locale pour réduire les charges pesant sur les magasins physiques et instaurer une équité fiscale entre les différentes formes de distribution, afin qu’un euro de chiffre d’affaires subisse la même pression fiscale qu’il soit fait en ligne ou en magasin.
  • Créer pour les locaux commerciaux un dispositif similaire au dispositif de la loi Pinel sur les locaux d’habitation. « Des exonérations d’impôts (soit sur les bénéfices, soit sur la fiscalité locale) seraient accordées aux propriétaires qui investiraient en faveur de la rénovation de locaux commerciaux existants, en contrepartie d’un engagement de location à prix modéré sur 9 ans. »

Commerçants, que pensez-vous de ces mesures, et quels sont selon vous les axes à développer en priorité au regard de vos besoins ? Venez partager votre opinion dans l’espace commentaire.

RESTEZ INFORMÉS SUR L’ACTU ET LES DISPOSITIFS RÉSERVÉS AUX COMMERÇANTS ET ARTISANS

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne