Les fleuristes déposent un référé devant le Conseil d’Etat

La Fédération Française des Artisans Fleuristes conteste les dispositions du décret du 29 octobre 2020, arguant qu’il porte atteinte à l’équité entre les grandes surfaces, les jardineries et les artisans fleuristes.

Comme d’autres commerces de proximité dits non-essentiels, les fleuristes feront l’objet d’une fermeture administrative à compter du mardi 3 novembre, bénéficiant jusqu’à demain soir d’une dérogation pour les fêtes de la Toussaint. A compter de cette date, seuls le retrait de commande et la livraison seront autorisés. Pour préserver l’ensemble de la filière végétale française, la profession demande une ouverture complète des boutiques, dans l’application stricte des gestes barrières, au même titre que les jardineries et la grande distribution.

En revanche et à l’inverse d’autres secteurs d’activités, la Fédération Française des Artisans Fleuristes ne demande pas l’interdiction de vente de végétaux en grande distribution.  Cependant, la Fédération Française des Artisans Fleuristes conteste les dispositions de ce décret puisque qu’il porte atteinte à l’équité entre les grandes surfaces, les jardineries et les artisans fleuristes, argumente-t-elle. Soulignant que ce décret permet aux supermarchés de poursuivre la vente de fleurs alors même que l’on sait que la densité des grands magasins est plus importante que celles des commerces de proximité. La F.F.A.F, indique avoir proposé des pistes au Premier Ministre « dans un souci de concertation et afin de préserver la liberté du commerce et de l’industrie ».

LIRE AUSSI : Faut-il rouvrir les commerces dits « non essentiels » ?

La fédération martèle que « face à ses arguments juridiques incontestables, le Gouvernement sera obligé de revoir sa position » et rappelle que « lors du premier confinement, les fleuristes ont été contraints de baisser le rideau durant deux mois, de jeter leur marchandise et que depuis mars, 15% des entreprises ont fermé définitivement ». Concluant qu’il en va de la survie des fleuristes.

Restez informés de l’actu Covid pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne