Les annonces de Jean Castex à destination des commerçants

Jean Castex a pris la parole ce vendredi 29 janvier, si un reconfinement est écarté, de nouvelles mesures de restriction sont annoncées.

fermeture des centres commerciaux

Alors qu’on attendait une prise de parole d’Emmanuel Macron pour le dimanche 31 janvier, c’est finalement Jean Castex qui s’est exprimé ce vendredi 29 janvier. Le Premier Ministre a ainsi écarté la mise en place d’un nouveau confinement, en revanche de nouvelles mesures de restriction ont été annoncées. Ainsi à partir de ce lundi 1er février, toute entrée et sortie du territoire français à destination ou en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne sera interdite, sauf motif impérieux.

Les commerces de proximité pourront quant à eux toujours continuer à accueillir du public au sein de leur établissement, hormis pour ceux qui sont situés dans des centres commerciaux non alimentaires de plus de 20 000 m2. « Les centres commerciaux non alimentaires, d’une surface supérieure à 20 000 carrés, c’est à dire ceux qui favorisent le plus de brassage des populations, seront fermés dès dimanche », a ainsi expliqué Jean Castex. Ajoutant par ailleurs que « les jauges seront renforcées dans toutes les grandes surfaces ». Reste désormais à savoir si un nouveau protocole sanitaire devra également être mis en place dans les commerces de proximité.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de toute nouvelle évolution, pour cela n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter.

Des commerces ouverts, mais sans clients ?

Dans la foulée de ces annonces, les organisations représentatives du commerce ont témoigné de leur soulagement, alors même que beaucoup craignaient une fermeture généralisée des commerces dits “non-essentiels”.

Lire aussi : La vague de faillites aura-t-elle lieu en 2021 ?

Même si d’un autre côté, de nombreux commerçants font aujourd’hui part de leur interrogation quant à l’utilité de rester ouverts, alors que l’on appelle les Français à limiter au maximum leurs interactions. D’autant que dans la situation actuelle, les commerçants n’ont désormais plus la possibilité de solliciter le fonds de solidarité (hormis pour les secteurs d’activité S1 et S1 Bis). Pourtant la baisse d’activité est déjà en marche. Le couvre-feu avancé à 18 heures pénalise les commerçants à hauteur de 20 à 30% de leur chiffre d’affaires ! Quant aux soldes, qui ont démarré le 20 janvier, les retours sont quasi unanimes : les clients ne sont pas au rendez-vous dans les boutiques. Dans ces conditions, autoriser les commerces à ouvrir, mais en les privant des aides à la trésorerie, est-ce vraiment la stratégie la plus adaptée ? En même temps, le gouvernement pouvait difficlement “rejouer” la fermeture des commerces dits non essentiels !

Restez informés de l’actu Covid pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne