La vente en ligne, rempart contre la baisse d’activité des commerçants

Dans un contexte de crise sanitaire prolongée, certains commerçants sont parvenus à maintenir leur activité grâce à la vente en ligne.

ecommerce-type

L’e-commerce est-il l’avenir du commerce physique ? La question, certes provocatrice, reflète néanmoins une certaine réalité, notamment au vu du contexte actuel qui incite encore davantage les consommateurs à faire leurs achats à distance. Et cela vaut pour la quasi-totalité des secteurs d’activité (mode, restauration, fleuristes, ameublement…). Les chiffres sont d’ailleurs là pour en témoigner : alors que l’activité des commerces a, sans surprise, lourdement chuté depuis le début de l’année, le marché global du e-commerce (vente de produits et services) a quant à lui progressé de +5,3% au 2ème trimestre 2020, selon la Fevad (Fédération de la vente à distance). Et fait intéressant, ce sont les achats en ligne auprès des enseignes magasins qui ont le plus accéléré ce trimestre, avec une progression de +83 % !

L’e-commerce n’est pas réservé aux seules grandes enseignes

Si l’activité des enseignes a donc pu en partie être maintenue à flot grâce à la vente en ligne, de nombreux indépendants sont également parvenus à sauver leur activité grâce à l’e-commerce, ou en s’appuyant sur les outils numériques à leurs dispositions. Dans la mode par exemple, les ventes en ligne des indépendants ont ainsi connu une croissance de 11 %. Pas assez certes pour combler le manque à gagner durant la période de confinement, mais suffisant tout de même pour envisager l’avenir sous de meilleurs auspices.

Lire aussi : La fidélité, l’atout des indépendants

Sans forcément vendre en ligne, de nombreux commerçants ont aussi utilisé davantage les réseaux sociaux, l’emailing et même le plus classique SMS pour toucher le consommateur. « Déjà en temps normal ces outils marchent plutôt bien, mais aujourd’hui ils sont de plus en plus indispensables pour continuer à garder une relation avec sa clientèle, confirme Olivier Benoît, consultant formateur pour Solutions Boutiques, société spécialisée dans la formation et la digitalisation des commerces indépendants. Les commerçants ne doivent vraiment pas hésiter à se lancer ou même en faire davantage, l’investissement financier est très faible, et surtout ils disposent d’un budget formation pour se faire accompagner si besoin par des professionnels ». En effet, en tant que chef d’entreprise, le commerçant cotise chaque année à la formation professionnelle, ce qui selon les cas peut ouvrir le droit à un budget d’à minima 1400 €. Un budget à utiliser néanmoins au plus vite, les dossiers de demande de financement devant être constitués avant la fin du mois de novembre.

Besoin de se faire accompagner sur le développement d’un site web, de se former aux techniques de ventes sur les réseaux sociaux ou l’emailing ?

Chez l’echommerces, nous avons sélectionné des professionnels compétents pour accompagner les commerçants dans le développement de leur activité. Notre partenaire Solutions Boutiques se charge de vérifier votre éligibilité à la formation professionnelle, et de monter le dossier auprès de votre organisme formateur, de telle sorte que le reste à charge soit le plus faible possible, voire même inexistant. N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire ci-dessous si vous souhaitez en savoir plus.

Faites-vous rappeler par un conseiller formateur

Sans engagement de votre part, nous prenons le temps de discuter avec vous de la situation de votre commerce et vous proposons une formation adaptée.

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne