La région Grand Est va prendre en charge le loyer des petits commerces

La Région Grand Est a annoncé une série de mesures afin d’aider les acteurs économiques à traverser la crise. Et notamment la prise en charge des loyers des petits commerces.

annulation loyer

Et si le « quoi quil en coûte » d’Emmanuel Macron venait directement des collectivités territoriales ? C’est en tout cas dans cet esprit de soutien que les élus du conseil régional du Grand Est ont adopté le 12 novembre plusieurs dispositifs exceptionnels afin de soutenir l’activité économique dans la Région. « Ce sont 17 mesures d’urgence qui vont bénéficier d’une enveloppe de 55 millions d’euros, financés par la Région et des fonds de l’État », s’est félicité Jean Rottner, président du Grand Est.

Loyers des petits commerces pris en charge

Parmi les diverses mesures adoptées, le conseil régional s’est notamment engagé à ce que le loyer des commerces actuellement fermés pour raisons administratives soit pris en charge par le dispositif Fonds résistance. Cette aide sera en revanche réservée aux commerçants qui réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 350 000 euros par an, et qui comptent moins de 5 salariés.

La région Grand Est n’est aujourd’hui pas la seule collectivité territoriale a avoir pris des engagements sur le paiement des loyers commerciaux. La semaine dernière déjà, la commune de Douai (Nord) avait annoncé que les mensualités de loyers des commerçants concernés par une fermeture administrative seraient remboursées. Et ce pour toute la durée du confinement, peu importe la taille de l’entreprise. « Quand on regarde les aides d’État aujourd’hui, il y a certes le chômage partiel, les reports de charges ou les aides jusqu’à 10.000 euros par mois en fonction du chiffre d’affaires, explique Christian Poiret, le président de Douasis agglo. Mais il y a un trou dans la raquette au niveau des loyers. En effet les crédits d’impôts pour les bailleurs qui acceptent de lâcher leurs mensualités sont de 30%, ce qui n’est pas suffisant. On a donc décidé de prendre en charge l’intégralité des loyers de tous les commerçants qui sont affectés par la fermeture administrative, même ceux qui font du ‘click and collect’.»

Les possibilités pour les commerçants de négocier le loyer à la baisse sont réelles !

Des initiatives fortes que l’on peut saluer, et qui on l’espère pourront donner des idées à d’autres élus locaux, qui se sont montrés si prompts ces derniers jours à afficher leur soutien aux commerces de proximité… En attendant désormais que les discours rejoignent les actes !

En attendant cet hypothétique soutien, rappelons que les commerçants ont d’ores et déjà la possibilité de négocier leur loyer à la baisse. Et pour cause, compte tenu du contexte actuel exceptionnel, plusieurs leviers de négociation peuvent être sollicités afin de contraindre le bailleur à faire un geste sur les loyers. Des leviers de négociation que de nombreux commerçants sont parvenus à faire jouer avec succès ces derniers mois, obtenant pour certains d’entre eux des annulations, ou à défaut, des remises conséquentes sur le montant des loyers.

Mais comment s’y prendre face à un bailleur récalcitrant, qui se refuse à toute négociation ? Peut-on le contraindre à négocier ? Pour répondre à ces questions, nous vous invitons à consulter notre dernière enquête dédiée à ce sujet. Vous trouverez également dans cet article plusieurs modèles de lettres types à envoyer à votre bailleur.

Restez informés de l’actu Covid pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne