Bilan mitigé de la saison estivale pour les commerçants

Une majorité de commerçants déclarent un chiffre d’affaires en baisse lors de cette dernière saison estivale, en raison principalement du contexte inflationniste. Les régions touristiques tirent en revanche mieux leur épingle du jeu.

activé du commerce été 2022

Le retour de la clientèle touristique internationale, après 2 ans de restrictions, n’aura pas suffi à rebooster l’activité des commerçants français. C’est en tout cas ce qui ressort de la dernière consultation que nous avons menée du 30 août au 6 septembre, auprès des acteurs du commerce, du tourisme et de la restauration. Près de 65% d’entre eux estiment ainsi que leur chiffre d’affaires s’est inscrit à la baisse par rapport à la précédente saison estivale, qui avait pourtant été marquée par l’instauration du pass sanitaire. Des chiffres constatés aussi par les fédérations de commerçants, à l’image de Procos, qui fait état d’une baisse d’activité de 7% au mois de juillet, en attendant les derniers résultats d’août, qui devraient toutefois être meilleurs.

Activité des commerces été 2022

« Certes nous n’avons plus subi l’impact du Covid cette année, en revanche le contexte actuel avec la guerre en Ukraine et ses répercussions sur les prix ont pesé », partage ainsi Carole, à la tête d’une boutique de prêt-à-porter Femme, à Chalon-sur-Saône. « Les clients font davantage attention à leurs dépenses, au lieu d’acheter 3 articles il vont n’en acheter qu’un ou deux, car il faut bien garder aussi un budget pour partir en vacances, on les comprend », poursuit-elle. « Je pense que les commerçants des stations balnéaires ont fait une bien meilleure saison que la nôtre », abonde Pascal, gérant d’un bar/restaurant à Lens.

Les zones touristiques plus préservée

Les commerçants installés au cœur des destinations très prisées des touristes ont en effet mieux amortis le contexte inflationniste actuel. D’après le gouvernement, 35 millions de Français sont partis en vacances cet été, soit 7 sur 10, contre 6 sur 10 l’an passé. A cela s’ajoute le retour de la clientèle internationale, notamment britannique et américaine. « On ne va pas faire la fine bouche, surtout par rapport aux deux années précédentes, on a super bien travaillé, et ça va certainement se poursuivre au mois de septembre », confirme Pascal, détaillant en art de la table, à Juan-Les-Pins.

Une saison réussie également sur la côte atlantique, notamment dans le secteur de la restauration, certains secteurs à forte tension touristique, comme l’île de Ré, ont même eu du mal à assurer correctement leur service, d’autant que nombre de postes saisonniers sont restés vacants. Ambiance plus morose en boutique en revanche. En cause, les – trop – nombreuses journées de fortes chaleurs qui ont plombé l’activité, notamment les après-midi, contraignant des commerçants à fermer certains jours et/ou à rouvrir plus tardivement, voire en soirée.

Lire aussi : Taxe foncière : les commerçants soumis à la double peine !

Sur la côte méditerranéenne, Salomé, à la tête d’un salon d’esthétique à Agde, annonce un bilan mitigé. « La saison a été bonne certes, mais si l’on compare à la période pré-covid, personnellement je fais toujours moins bien. Les clients font quand même plus attention avec les prix qui augmentent de partout, même en vacances », relate-t-elle. Dans ce contexte, une majorité de commerçants interrogés envisagent d’augmenter plus au moins significativement leurs prix de vente au cours des prochaines semaines. « Tous nos coûts augmentent et ça va continuer, on est obligé à un moment de les répercuter si l’on veut préserver nos marges », justifie Sabine, restauratrice à Angers.

hausse des prix dans les commerces

Les commerçants pessimistes pour l’avenir

La hausse continue des matières premières et des prix de l’énergie inquiète particulièrement les commerçants pour cette rentrée 2022, d’autant que les dernières sorties du gouvernement à ce propos ne sont pas particulièrement rassurantes. 56% d’entre eux se déclarent ainsi “pessimistes” pour l’activité dans les prochaines semaines, en augmentation de 5 points par rapport à la précédente consultation du mois de juin. Quand 34% sont “justes confiants”, pour seulement 4,5% “d’optimistes”.

Lire aussi : Le 1er Salon du Commerce de proximité va voir le jour en France !

« C’est de plus en plus compliqué d’anticiper le niveau d’activité avec le contexte qui évolue d’une semaine à l’autre. Et c’est d’autant plus difficile à gérer pour nous qui sommes obligés de faire nos commandes en amont, avec les risques que cela fait peser sur notre trésorerie », s’inquiète Stéphane, gérant d’un concept-store & coiffure à Marseille. « Heureusement que l’on peut compter sur notre site e-commerce, qui nous permet de continuer à engendrer de l’activité même quand les clients se font plus rares en boutique », conclut-il. Une digitalisation de l’activité nécessaire, mais sera-t-elle suffisante, et surtout applicable à tous les commerçants, pour tenter d’amortir le choc économique ?

Comment développer son activité grâce au web ?

Vous souhaitez vous faire conseiller sur la stratégie web à adopter pour votre activité ? Chez l’echommerces nous avons à cœur d’aider les commerçants à se développer pour préparer au mieux l’avenir. N’hésitez pas à nous contacter directement via le formulaire ci-dessous, notre partenaire vous rappellera par la suite pour analyser ensemble votre situation ainsi que vos besoins.

Faites-vous rappeler par un conseiller formateur :

Sans engagement de votre part, nous prenons le temps de discuter avec vous de la situation de votre commerce et vous proposons une solution adaptée.

Contactez nous en remplissant le formulaire ci-dessous :


Ou prenez rdv en ligne directement :


Prenez rdv en ligne directement :


  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez de notre offre découverte :

1€/mois pendant 3 mois
Je m’abonne