Actu / Débat

Le seuil de la détaxe va être abaissé à 100 euros

Les touristes non européens pourront bénéficier du remboursement de la TVA à partir de 100 euros d’achat. Une opportunité pour les commerçants, puisque le gain obtenu grâce à l’abaissement du seuil de la détaxe sera potentiellement dépensé en magasin.

Si la France reste encore le pays qui attire le plus de visiteurs chaque année dans le monde, elle n’est pas pour autant celui où les touristes dépensent le plus. C’est dans l’optique de booster les recettes touristiques que le gouvernement a annoncé l’assouplissement du mécanisme de détaxe. Actuellement, afin de pouvoir bénéficier de la détaxe, le touriste doit acheter pour un montant minimum de 175 euros, le tout en une seule journée. A partir de 2021, le seuil sera abaissé à 100 euros, sur un délai de 3 jours. Le plafond de remboursement en liquide de la détaxe passera lui de 1 000 à 3 000 euros, une disposition qui concerne principalement les touristes chinois, adeptes du cash. Pour rappel, seuls les voyageurs ayant leur résidence habituelle dans un État non membre de l’Union européenne, quelle que soit leur nationalité, peuvent bénéficier de la détaxe (plus d’informations ici).

touristes-détaxe
L’abaissement de la détaxe à 100 euros pourra bénéficier à plus de commerçants que les seuls grands magasins et boutiques de luxe de la capitale, comme cela est principalement le cas aujourd’hui.

Concrétement, cette détaxe peut soit être directement effectuée par le commerçant lors de l’achat, soit lorsque le touriste quitte le territoire à l’aéroport. Dans ce dernier cas, le commerçant doit alors remettre un bordereau de vente à l’exportation au client, qui sera pas la suite validé lors de son départ.

Faciliter le parcours client

L’abaissement prochain du seuil de la détaxe a été salué par les organisations représentatives des métiers du tourisme et du commerce. « Cette amélioration de l’expérience shopping des touristes est une victoire pour les acteurs du commerce qui pourront désormais pleinement profiter de la position de première destination mondiale de la France », se félicite notamment l’Alliance du commerce dans un communiqué. Et ce d’autant plus que cela permet de réduire l’avantage concurrentiel que possèdent des pays comme le Royaume-Uni ou l’Espagne, qui ne pratiquent aucun seuil (en Allemagne, il n’est que de 25 euros).

Lire aussi : Année record pour le tourisme en 2018

Les professionnels du secteur estiment ainsi que cette nouvelle disposition devrait inciter les touristes à effectuer un second achat en magasin. De quoi booster les recettes touristiques dans l’Hexagone (61 milliards d’euros en 2017), qui accuse toujours un retard par rapport à l’Espagne dans ce domaine (68 milliards d’euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*