Perte d’attractivité des centres-villes, un phénomène mondial

La perte d’attractivité des petites et moyennes villes n’est pas spécifique à la France. Des Etats-Unis à la Grande-Bretagne en passant par le Japon, la plupart des pays développés font face à la même problématique.

attractivité centre-ville
« Ce magasin ferme, tout le stock doit disparaître », lit-on sur la devanture d’un commerce dans la ville de Redcar, au nord-est de l’Angleterre. La perte d’attractivité des centres-villes est également un phénomène préoccupant en Grande-Bretagne. SCOTT HEPPELL / AFP.

« Local à louer », « Spence for rent », « 貸し部屋 (Kashi Heya) »… En France, aux Etats-Unis, au Japon et plus généralement dans la plupart des pays de l’OCDE, la perte d’attractivité des centres-villes ne cesse de prendre de l’ampleur. Principales touchées par ce phénomène, les petites et moyennes agglomérations, qui pour la plupart d’entre elles, observent à la fois un repli de la fréquentation dans leur centre-ville, mais également une baisse de leur population. Cela est particulièrement vrai pour les pays où la population est vieillissante, à l’image du Japon et de l’Allemagne par exemple. Ainsi, au Pays du Soleil-Levant, toutes les capitales de département seront amenées à stagner ou perdre des habitants à l’horizon 2030 !

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Pas encore abonné ? Je m’abonne

Connexion