Le commerce peut-il se relever de la crise sanitaire ?

Malgré la reprise, l’activité des commerçants reste toujours bien en-deçà de son niveau d’avant crise. Et les incertitudes sur l’avenir ne sont pas levées, avec « 47.000 nouvelles contaminations au cours des 24 dernières heures », comme vient de l’annoncer le ministre de la Santé, Olivier Véran.

fermeture commerce

 « Je pense que la crise a eu un effet irréversible sur l’activité. Les clients ont pris de nouvelles habitudes de consommation, et l’impact sur notre chiffre d’affaires est conséquent ». A l’instar de Sandra, restauratrice à Angers, les commerçants sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à témoigner des conséquences à long terme de la crise sanitaire sur le niveau d’activité. Les dizaines de commentaires que nous recevons chaque jour sur notre groupe d’entraide des commerçants indépendants (premier groupe de commerçants de France, avec plus de 22 000 membres) attestent aussi de cette situation : malgré la reprise progressive de l’économie ces dernières semaines, une grande majorité des commerçants ne parviennent toujours pas à retrouver leur niveau d’avant crise.

Faut-il selon vous renouveler les aides aux commerçants ?

Les derniers chiffres publiés par Procos, la fédération du commerce spécialisé, confirment qu’il ne s’agit pas là d’un simple ressenti. Du 1er janvier au 31 octobre 2021, versus la même période en 2019, l’activité des commerçants est en baisse de -10% ! Et déjà en 2019 les temps étaient durs pour les commerçants… Aujourd’hui presque tous les secteurs d’activité sont touchés : restauration, tourisme, prêt-à-porter, chaussure, jeux-cadeaux, beauté-santé… Alors oui, certains commerçants parviennent toujours à conserver un bon niveau d’activité, mais dans l’ensemble les temps sont toujours très difficiles.

Quid de l’avenir ?

Dans ce contexte, et alors même que la fin du « quoi qu’il en coûte » a été actée, la question qui se pose aujourd’hui est de savoir si le commerce peut réellement se remettre de cette crise sanitaire sans précédent, qui a semble-t-il sensiblement changé les habitudes de consommation des Français. D’autant que la fin d’année et les premiers mois de 2022 s’annoncent agités : Entre les tensions inflationnistes qui réduisent le pouvoir d’achat des Français, une possible augmentation des loyers commerciaux au 1er janvier, les remboursements des premières mensualités des PGE qui débuteront au printemps 2022… Le tout dans un contexte anxiogène de reprise de l’épidémie, « la moyenne du nombre de contaminations dépasse les 30.000 par jour et pourrait être, si l’on suivait cette dynamique de +60 % par semaine, supérieure au pic de la troisième vague (printemps 2021), d’ici à la fin de la semaine », a prévenu le ministre de la Santé Olivier Véran lors de la séance des questions au gouvernement à l’Assemblée.

Lire aussi : Vers une hausse des loyers commerciaux en 2022 ?

Jusqu’ici les entreprises, et particulièrement les commerçants, ont su faire preuve d’une grande résilience, en dépit de tous les éléments conjoncturels successifs en leur défaveur. Reste à savoir si, au vu de tous ces nouveaux éléments, il en sera de même pour les mois à venir… Qu’en pensez-vous ?

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne