La France va-t-elle échapper à la fermeture de ses commerces ?

Alors que les restrictions se multiplient à travers l’Europe, le gouvernement français maintient sa stratégie reposant sur une généralisation de la vaccination, et se refuse à fermer davantage d’établissements publics. Pour combien de temps ?

La progression fulgurante du variant Omicron ces derniers jours pousse les pays européens dans leurs retranchements. L’exemple le plus flagrant est celui des Pays-Bas, où le Premier ministre Mark Rutte, pourtant libéral, a annoncé un confinement de la population pour la période des fêtes de fin d’année. Tous les commerces jugés non essentiels ont ainsi été contraints de tirer le rideau, et ce jusqu’au 14 janvier. Sans aller jusqu’à cette extrémité, le Danemark a décidé de fermer pour une durée d’un mois ses théâtres, cinémas et salles de concert, mais aussi ses parcs d’attractions et musées.

En Irlande, les bars, pubs et restaurants devront eux aussi fermer dès 20h à partir de ce dimanche, une restriction qui sera en vigueur jusqu’à minima fin janvier. L’Allemagne a elle décidé d’imposer une quarantaine de deux semaines à toutes les personnes arrivant de Grande-Bretagne, y compris celles vaccinées ou guéries du Covid-19. Le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie sont quant à eux plus attentistes, mais n’excluent pas d’instaurer de nouvelles restrictions d’ici les prochains jours…

Quid de la France ?

Pour le moment, la France s’en tient toujours à sa stratégie initiale, et mise ainsi sur la généralisation de la vaccination pour endiguer cette nouvelle flambée de l’épidémie. Le projet de loi sur le Pass vaccinal sera d’ailleurs présenté dès lundi prochain, à l’occasion d’un Conseil des ministres extraordinaire. Il sera examiné dans la foulée par la commission des Lois à l’Assemblée, pour une adoption définitive dès la première quinzaine de janvier. Mais cela ne sera très certainement pas suffisant. « Il ne faut pas penser que le Pass vaccinal réglera tous les problèmes », a récemment mis en garde Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, au micro de France Inter. D’autant qu’approchent à grands pas les fêtes de fin d’année, moments propices pour la propagation du virus. Ce qui inquiète particulièrement le patron de l’Organisation Mondiale de la Santé. « Aucun pays, aucun pays ne pourra se sortir de la pandémie à coups de doses de rappel et les rappels ne sont pas un feu vert pour célébrer comme on l’avait prévu », a déjà prévenu Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’un point de presse à Genève,

Pour limiter les interactions, Jean Castex a ainsi demandé la semaine dernière aux mairies de renoncer aux concerts et feux d’artifice le soir du 31 décembre, au cours duquel la consommation d’alcool sur la voie publique sera également interdite. Dans la foulée, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a préparé le terrain d’un éventuel durcissement des restrictions. « Nous avons déjà annoncé des mesures sur le 31 décembre (…) mais si nous constatons qu’il y a une reprise très forte de l’épidémie liée au variant Omicron, nous pourrions évidemment aller au-delà », a-t-il indiqué mardi matin sur France 2. « Le variant Omicron est nettement plus contagieux que tout ce qu’on a connu : il se développe 70% plus rapidement que les variants précédents et, tous les deux à trois jours, le nombre de cas double », a-t-il par ailleurs souligné.

Plus récemment encore, à l’issue du conseil des ministres qui s’est tenu ce mercredi 22 décembre, Olivier Véran a affirmé que le nombre de contaminations devrait dépasser les 100 000 par jour en France, d’ici à la fin du mois de décembre. « On dépassera très vraisemblablement les 100 000 contaminations par jour d’ici à la fin du mois. C’est ce qui est attendu par les modélisations », a-t-il expliqué au micro de RMC-BFM TV.

Lire aussi : Toujours aussi peu de défaillances d’entreprises

Dans ce contexte, difficile d’imaginer qu’aucune nouvelle mesure de restriction sanitaire ne sera imposée à la population française d’ici les prochaines semaines, voir même d’ici les prochains jours. Reste maintenant à savoir si à l’approche d’une élection présidentielle cruciale, le gouvernement sera prêt à aller jusqu’à la fermeture généralisée des commerces. Pour la quatrième fois en moins de deux ans… Réponse dans les prochaines semaines.

Restez informés de l’actu pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne