Actu / Débat

Europacity : la justice annule le PLU de Gonesse

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise vient d’annuler le PLU de Gonesse, amendé en 2017 pour permettre la construction d’Europa City.

Nouveau coup dur pour les porteurs du méga projet de centre commercial et de loisir Europacity. Ce mardi 12 mars, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a décidé d’annuler le PLU de Gonesse, modifié deux ans auparavant par la municipalité, afin de permettre la bétonisation de 280 hectares de terres agricoles. Le tribunal administratif a « estimé que le rapport de présentation ainsi que l’évaluation environnementale ne justifiaient pas le choix opéré par la commune d’urbaniser le triangle de Gonesse », peut-on lire dans un communiqué. Ajoutant également que cette « urbanisation concerne des terres particulièrement fertiles, alors que les bénéfices économiques escomptés, notamment en termes de créations d’emplois, invoqués par la commune de Gonesse, ne sont pas établis » .

PLU-de-Gonesse
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a décidé d’annuler le PLU de Gonesse.

La ville de Gonesse fait appel

Ce n’est pas la première fois que le tribunal administratif de Cergy-Pontoise émet un jugement défavorable pour les porteurs du projet Europacity. Le 6 mars 2018, il avait déjà annulé l’arrêté préfectoral autorisant la création de la ZAC du Triangle de Gonesse. Une annulation qui n’avait pas été vraiment bien perçue par l’Etat, puisque tout récemment, le préfet du Val-d’Oise a pris un arrêté déclarant la ZAC du Triangle de Gonesse d’utilité publique.

Lire aussi : EuropaCity – La grande illusion

La décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise d’annuler le PLU de Gonesse remet ainsi en cause tout le projet, puisque désormais les terres doivent retrouver leur usage purement agricole, comme mentionné dans le PLU d’origine. Une décision à laquelle n’entend pas se plier la municipalité de Gonesse, qui a d’ores et déjà annoncé qu’elle ferait appel de ce jugement. Reste que modifier de nouveau le PLU prendra du temps, entre un à deux ans d’après les précédents. Autant de temps concédé aux opposants au projet pour continuer à organiser la résistance et proposer des alternatives à Europacity. Le feuilleton continue !

Laisser un commentaire