Actu / Débat

Le commerce stagne au mois de janvier

Le chiffre d’affaires du commerce est resté stable au mois de janvier par rapport à l’année précédente. Le commerce de centre-ville est quant à lui toujours à la peine.

Après un mois de janvier 2018 décevant, qui avait vu l’activité du commerce spécialisé chuter de -3,5%, le rebond tant attendu en ce début d’année 2019 n’a pas eu lieu. C’est en tout cas ce qui ressort du bilan mensuel de la Fédération du commerce spécialisé Procos, qui montre que le chiffre d’affaires du commerce stagne au mois de janvier. Une situation inquiétante pour les commerçants, tant les mois de novembre et décembre ont été particulièrement difficiles en raison notamment des manifestations des gilets jaunes. Cependant, tout n’est pas non plus totalement noir, comme l’explique Procos, « une météo plus favorable (à laquelle nous n’étions plus habitués) a permis de vendre des pièces à un meilleur prix de vente moyen et avec moins de démarque ».

commerce stagne au mois de janvier
Si le commerce stagne au mois de janvier, la périphérie tire son épingle du jeu en comparaison au centre-ville.

De fortes disparités géographiques

La stagnation du commerce au mois de janvier cache cependant de fortes disparités géographiques. « Comme les mois précédents, les différences régionales sont à noter avec des régions qui connaissent de fortes baisses de fréquentation (Hauts-de-France : – 5,6 % ; Centre-Val de Loire : – 4,5 % ; Normandie : – 3,9 %) alors que Provence-AlpesCôte d’Azur est en hausse à + 2,6 %. En ce qui concerne les villes, des baisses significatives de fréquentation sont constatées à Paris (- 3,6 %) mais également, par exemple, à Toulouse centre (- 7,7 %) ou Lyon Presqu’Ile (- 6,7 %)… », explique Procos.

Lire aussi : 500 000 euros débloqués pour les commerçants Nantais

Le commerce de centre-ville à la peine

Aux disparités géographiques s’ajoute une hétérogénéité des situations en fonction de l’emplacement commercial. Les centres commerciaux de périphérie enregistrent ainsi de bons résulats (+1,3%), à l’inverse des moyennes surfaces de périphérie, qui sont quant à elles plus à la peine (-0,8%). Les commerces de centre-ville font également état d’une baisse moyenne de -0,5%, avec une diminution plus prononcée pour les centres-commerciaux de centres-villes (-0,8%) que pour les rues marchandes (-0,2%). Au total, sur les 3 derniers mois (novembre-décembre-janvier), l’activité du commerce affiche un fort recul de -4,3%, tous emplacements commerciaux confondus.

Laisser un commentaire