Chômage, croissance, consommation… Les prévisions optimistes de l’Insee

Dans une récente note de conjoncture, l’Insee annonce une nette amélioration des principaux indicateurs économiques, qui devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année. Et notamment un possible rebond de la consommation. De quoi laisser espérer une véritable reprise de l’activité pour les commerçants ?

inflation france

Un peu plus de 18 mois après le début de cette crise économique et sanitaire sans précédent, la reprise semble enfin pointer le bout de son nez. C’est en tout cas ce que prévoit l’Insee, dans sa dernière note de conjoncture, publiée il y a quelques jours. « Après avoir, depuis un an et demi, reflété le profil des courbes épidémiologiques, l’activité économique française s’en est détachée cet été, à la faveur de la campagne de vaccination. Le caractère totalement exogène de cette crise, conjugué à l’ampleur des mesures d’urgence et de soutien, a contribué à sa singularité : une récession d’une intensité certes inédite, mais au cours de laquelle les revenus et le tissu productif ont été largement protégés, préservant le potentiel de rebond de l’économie », détaillent les économistes de l’Insee.

Baisse historique du taux de chômage

Sur le plan de l’emploi notamment, les indicateurs sont au vert, avec une forte baisse du taux de chômage, actuellement à 7,6% en France (hors Mayotte). « Cela n’est pas arrivé depuis 2007, relate Stéphane Carcillo économiste à l’OCDE, dans les colonnes de Ouest-France. ​Il était alors de 7,2 %. C’est tout à fait possible d’y arriver ». L’emploi salarié a ainsi dépassé son niveau d’avant crise dès le deuxième trimestre 2021 ! « Le rythme des créations devrait ralentir quelque peu d’ici la fin de l’année, mais au total, environ 500 000 créations nettes d’emplois salariés succéderaient aux quelque 300 000 destructions nettes enregistrées en 2020 », se félicite l’Insee.

Lire aussi : Le e-commerce toujours en forte croissance

Une bonne tenue de l’emploi qui est venue mécaniquement soutenir le pouvoir d’achat des ménages français. Ainsi, en moyenne annuelle, le pouvoir d’achat par unité de consommation devrait progresser de +1,5% en 2021 (après une stabilité en 2020). Une bonne dynamique que l’on retrouve également sur le plan de l’investissement des entreprises, qui retrouve lui aussi son niveau d’avant crise, et dépasse même son niveau de 2019. « Le caractère exogène de la crise, les conditions financières favorables, les mesures de soutien ainsi que des effets de composition sont susceptibles d’expliquer cette résistance », indique l’Insee. Dans ce contexte, la prévision de croissance pour 2021 (de l’ordre de +6,25%, après –8,0% en 2020) est donc inchangée par rapport au précédent point de conjoncture.

Quid de la reprise de la consommation ?

Dans ce contexte favorable, la question se pose alors de la nécessaire reprise de la consommation, qui reste le principal pilier de la croissance économique. L’analyse des montants agrégés de transactions par carte bancaire suggère qu’elle s’est relativement bien maintenue pendant l’été, mais reste tout de même en deçà de son niveau d’avant crise. Les résultats de notre dernier sondage sur la question attestent de cette consommation toujours en berne, avec près des 3/4 des commerçants qui déclarent une perte d’activité depuis la rentrée.

Lire aussi : Le moral des Français repart à la hausse

Si l’Insee reste malgré tout optimiste quant à une véritable reprise de la consommation d’ici les prochains mois, l’accélération de l’inflation ces dernières semaines, en raison de la flambée des cours de l’énergie, pourrait néanmoins rebattre les cartes. La vigilance reste donc de mise. Quant aux commerçants, ils devront probablement continuer (encore et encore) à faire le dos rond…

Restez informés de l’actu Covid pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne