« Les zones commerciales périphériques paupérisent les centres-villes »

A l’occasion de la sortie de son livre « Le jour où les zones commerciales auront dévoré nos villes », Franck Gintrand revient sur les causes de la désertification des centres-villes, et les politiques à mener pour en sortir. Une interview sans langue de bois.

Franck Gintrand
Franck Gintrand

Le développement des zones commerciales périphériques est-il réellement la principale cause de la désertification des centres-villes français ? Pour Franck Gintrand, qui vient de faire paraître aux éditions Thierry Souccar son livre intitulé « Le jour où les zones commerciales auront dévoré nos villes », il n’y a aucun doute. Habitué à partager ses analyses sur les politiques d’urbanismes commerciales dans les colonnes de Slate.fr ou dans le quotidien économique Les Echos, Franck Gintrand prend cette fois-ci le temps de détailler sa pensée à travers un ouvrage dédié. Un livre riche d’enseignement pour celui qui souhaite mieux comprendre les causes profondes de la désaffection d’une grande partie des centres-villes des petites et moyennes agglomérations. Aujourd’hui, il revient avec nous sur le fil conducteur de son essai : en quoi le développement des zones commerciales périphériques est-il incompatible avec la survie des centres-villes ? Explications.

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :
1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne
Déjà abonné ? Se connecter

Connexion

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne