Territoires

Le projet de village de marques de Coutras rejeté

La Commission départementale d’aménagement commercial a rejeté le projet de village de marques de Coutras. Un recours va être déposé en CNAC.

Première victoire importante pour les opposants au projet de village de marques de Coutras, qui menaçait la pérennité de plusieurs commerces des centres-villes aux alentours. La CDAC (Commission départementale d’aménagement commercial), qui a rendu son verdict le 13 février, a émis un avis défavorable à ce projet qui prévoit la création de 94 boutiques, pour 400 emplois estimés à la clé. Des arguments en faveur de l’emploi qui n’ont visiblement pas convaincu les membres de la CDAC. En effet, sur les 20 votants, seulement cinq se sont pronconcés pour. Quatre se sont abstenus et onze ont voté contre.

Lire notre enquête : A Coutras, un village de marques contre les centres-villes
village de marques de Coutras
Xavier Bonnefont, maire d’Angoulême, s’est réjoui de la décision de la CDAC de s’opposer au projet de village de marques de Coutras.

La CNAC va être saisie

Non content de cette décision, Jérome Cosnard, le maire de Coutras, a d’ores et déjà annoncé vouloir saisir la CNAC (Commission nationale d’aménagement commercial). De son côté, Philippe Buisson, maire de Libourne et président de la CALI (Communauté d’agglomération du libournais), s’est abstenu lors du vote, pas convaincu par les retombées économiques d’un tel projet pour le territoire.

Lire aussi : ITW “Un village de marques à Coutras déstabilisera les centres-villes aux alentours”

Le concepteur de ce projet de centre de marques, porté par le promoteur Vinci Immobilier, dispose à présent d’un délai allant de trois à cinq mois pour déposer un nouveau projet qui devra convaincre les membres de la CNAC. A l’heure où les voix pour la revitalisation des territoires se font de plus en plus entendre, et où les zones commerciales de périphérie ont mauvaise presse, les chances de réussite sont moindres. Pas de quoi pour autant faire baisser la vigilence des opposants au projet, qui continuent à suivre de près l’évolution du dossier. Affaire à suivre donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*