Actu / Débat

4 millions de m² de surfaces commerciales autorisés en 2018

Plus de 4 millions de m2 de surfaces commerciales ont été autorisés l’année dernière. Les retail parks en périphérie ont la côte auprès des promoteurs immobiliers.

4,22 millions de m². C’est le volume de surface de plancher commercial autorisé à travers les demandes de permis de construire en 2018. Un chiffre conséquent donc, même si comme le souligne Procos dans son bilan annuel, cela représente une forte diminution en comparaison à 2017, où 5,48 millions de m² avaient été autorisés. De son côté, le volume de surfaces commerciales dont la construction a été engagée reste assez stable (3,07 millions de m², contre 3,28 millions de m² en 2017). En ce qui concerne la nature des projets, on note une baisse des créations pures, au profit d’une hausse des extensions de surfaces existantes (40% des projets, contre 29% en 2017).

Sur le même sujet : Villages de marques : où en-est on en 2019 ?
surfaces commerciales 2018

L’alimentaire toujours en tête

Comme chaque année, les acteurs de l’alimentaire sont les plus nombreux à déposer des projets commerciaux. 31% des surfaces commerciales autorisées l’année précédente l’ont été dans ce secteur, avec en tête des porteurs de projets, Lidl, Leclerc et Intermarché. Les entreprises de bricolage sont également demandeuses de m2 supplémentaires, et concentrent ainsi 13% des surfaces commerciales. La jardinerie, l’équipement de la maison ou encore l’équipement de la personne suivent, entre 1,5 % et 3 % du total des surfaces autorisées. « Bricomarché, Décathlon, But, Leroy-Merlin et Brico-Cash sont les premiers demandeurs de surfaces hors alimentaire », précise Procos dans son bilan annuel.

Lire aussi : Une nouvelle loi pour la défense des centres-villes

« Le Nord, la Gironde, le Pas-de-Calais, le Rhône et le Var sont les départements ayant accordés le plus grand nombre de mètres carrés. A l’inverse, les départements de l’Yonne, du Jura, de la Moselle et de la Manche sont ceux ayant le moins autorisés de surface », peut-on lire par ailleurs.

La périphérie plébiscitée

Alors que de plus en plus de voix s’élèvent pour limiter les constructions de zones commerciales périphériques, plus de 85% des projets commerciaux concernent encore la périphérie.

Dans le détail, les promoteurs immobiliers se montrent plus friands pour des projets de type Retail Parks. Les opérations immobilières au sein de parcs d’activités commerciales sont ainsi en tête (2.379.000 m²),devant celles de centres commerciaux (1.717.000 m²). Loin derrière, les projets de centres commerciaux en centre-ville sont sous représentés et ne constituent que 5,8 % des surfaces en projet (298.000 m²). Reste que si les nouvelles surfaces commerciales créées diminuent, elles continuent toujours à s’étendre par millions de m² ! Et ce alors même que la majorité des zones commerciales périphériques accusent des baisses de fréquentation récurrentes, que le secteur de l’e-commerce poursuit sa croissance à deux chiffres et que les pouvoirs publics sont censés soutenir le commerce de centre-ville…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*