Faut-il assouplir les règles sanitaires dans les commerces, bars et restaurants ?

Alors que la situation sanitaire s’améliore de jour en jour, de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer un assouplissement des règles sanitaires dans les commerces, bars et restaurants.

déconfinement commerce

Doit-on accélérer la phase 2 du déconfinement, dont la fin est actuellement programmée au 22 juin 2020 ? La question revient de plus en plus dans le débat ces derniers jours, dans un contexte où l’épidémie décroit de jour en jour. A tel point que même le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, se montre à son tour assez optimiste. « L’épidémie est contrôlée. On a tous les outils pour dépister les nouveaux cas. On a les tests, on a tout un système ensuite d’isolement et de contact des contacts, qui permet d’éviter l’extension. Laissons les choses s’ouvrir, les gens vivre, mais en respectant les mesures barrières ».

Des propos qui trouvent écho auprès de nombreux commerçants, alors même qu’un mois après la réouverture des commerces, et un peu plus d’une semaine après celle des cafés, bars et restaurants, la fréquentation reste toujours assez calme. Dans ce contexte, certaines fédérations professionnelles montent déjà au créneau, et notamment l’UMIH, qui réclame un assouplissement du protocole sanitaire. « Aujourd’hui, les restaurants peuvent perdre jusqu’à 60% de leur capacité d’accueil en raison des règles de distanciation. Très peu de clients sont informés de l’obligation du port d’un masque lors de déplacements au sein du restaurant, ce qui oblige les restaurateurs à fournir les masques et rajoute des coûts supplémentaires. »

« Ce n’est pas notre rôle de faire la police dans notre établissement »

Si de plus en plus de syndicats patronaux commencent à se faire entendre sur la nécessité d’accélérer le processus de déconfinement, tous les commerçants ne partagent néanmoins pas la même opinion sur ce sujet sensible, qui semble encore faire beaucoup débat. A l’image par exemple d’un restaurateur, qui nous indique avoir choisi de fermer son établissement, car « trop de clients ne respectaient pas les mesures du protocole sanitaire, et notamment le port obligatoire du masque au moment de se rendre aux toilettes ». Ou encore cette commerçante dans le secteur du prêt-à-porter, pour qui « il est encore trop tôt pour assouplir les mesures sanitaires, alors même que l’on a encore beaucoup de choses à apprendre sur ce virus ».

Lire aussi : Enquête exclusive : Plus de 12 000 faillites de commerçants directement dues au Covid-19

Malgré cette incertitude, de plus en plus de commerçants remettent en question la nécessité de respecter à la lettre le protocole sanitaire. « Quand je regarde autour de moi, je vois que très peu de gens porter le masque, sans compter que les mesures barrières ne sont plus vraiment appliquées entre les personnes. Dans ce contexte, pour quelles raisons devrions-nous alors appliquer des règles sanitaires très restrictives dans nos établissements, d’autant plus que l’on voit rapidement que ce n’est pas tenable », s’interroge à juste titre un gérant de café, à Marseille. Il n’est pas le seul, dans la mode, la coiffure et même l’événementiel, contraint toujours à la fermeture, de plus en plus de commerçants remettent en question les mesures sanitaires strictes auxquelles ils sont, ou devront être confrontés à l’avenir. D’où la question persistante, faut-il assouplir les règles sanitaires applicables aux commerçants ? Nous attendons vos réponses.

Etes-vous favorable à un assouplissement des règles sanitaires ?

RESTEZ INFORMÉS SUR L’ACTU ET LES DISPOSITIFS RÉSERVÉS AUX COMMERÇANTS ET ARTISANS

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne