De moins en moins de défaillances d’entreprises dans le commerce

Le groupe Altares a dénombré 52 000 défaillances d’entreprises en 2019, un chiffre en baisse de 4,8 % par rapport à 2018. Dans cet ensemble, 11 328 défaillances sont à mettre à l’actif des entreprises du secteur du commerce (-3,9 %).

défaillances-entreprises-2019

Malgré une année 2019 qui n’aura pas été particulièrement bonne pour les acteurs du commerce (voir notre enquête), force est de constater que ces derniers se montrent assez résilients. C’est en tout cas ce qu’atteste les données du groupe Altares, expert historique de l’information sur les entreprises, qui vient de dévoiler les chiffres des défaillances d’entreprises en France pour 2019. Un peu plus de 52 000 défaillances ont ainsi été recensées l’an dernier, soit 2 500 entreprises en moins qu’en 2018 qui ont soit fait faillite, ou ont été placées en redressement judiciaire ou encore en procédure de sauvegarde. « L’année s’achève heureusement sur un niveau de défaillances d’entreprises au plus bas depuis dix ans. Le dernier trimestre signe même le meilleur chiffre depuis le 4e trimestre 2007 », se félicite ainsi Thierry Millon, directeur des études Altares.

Une baisse que l’on retrouve également dans le secteur du commerce, avec 11 328 défaillances enregistrées, contre 11 788 en 2018. Même dynamique du côté de l’hôtellerie/restauration (-6,2 %). « La restauration traditionnelle tire la performance du secteur (-8,1 % sur l’année et -11% sur le 4e trimestre). Les débits de boisson sont également dans une belle dynamique d’amélioration sur 2019 (- 9,9 %) et plus encore sur le 4e trimestre (-19 %) », peut-on ainsi lire dans le rapport d’Altares.

Les défaillances d’entreprises dans le commerce et l’hôtellerie/restauration

défaillances entreprises commerce
défaillances entreprises restauration

Inquiétude sur les PME de plus de 50 salariés

Si les petites entreprises ont donc fait preuve de résilience l’an passé, tout n’est pas si rose, et une grande partie d’entre elles se retrouvent quand même dans une situation pour le moins fragile. « Tenir, en effet, est la seule option proposée à toutes ces très petites entreprises dont l’absence de cessation de paiement – et donc de défaillance en 2019 – masque en réalité des trésoreries toujours sur le fil. La survie de nombre d’entre elles passe par de fortes mesures d’économies à commencer par l’acceptation par le dirigeant de ne plus se verser un salaire en attendant… », décrypte Thierry Millon.

La situation de certaines PME, et dans une moindre mesure des ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire) s’avère également assez préoccupante. 347 défaillances de PME ont ainsi été enregistrées sur l’année 2019, soit une augmentation de 13, 8 % par rapport à 2018 ! « Les difficultés sont plus particulièrement prononcées sur les sociétés de 50 à 99 salariés dont les défaillances ont crû de 20 % en 2019 et de 33 % sur le seul dernier trimestre. Près du tiers de ces PME provient de l’industrie manufacturière », précise Altares dans son rapport. Conséquence directe, le nombre d’emplois menacés par les défaillances s’inscrit donc en légère hausse sur 2019, à 175 000 (+1,6 %). Autant de données qui pousse le groupe Altarès à rester prudent pour 2020, avec un nombre de défaillances qui pourrait même repartir légèrement à la hausse…

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne