Faut-il avancer les soldes au 2 janvier 2019 ?

La Confédération des Commerçants de France a demandé au gouvernement d’avancer les dates de soldes d’une semaine en raison des pertes de chiffre d’affaires causées par les blocages des gilets jaunes.

« J’ai rencontré la secrétaire d’État auprès de Bruno Le Maire (Agnès Pannier-Runacher), je lui ai suggéré que peut-être, ce serait bien de commencer les soldes au 2 janvier ou au 3 janvier (…) Cela pourrait permettre de démarrer janvier dans des conditions pas trop catastrophiques, à la condition que les gilets jaunes ne soient pas à nouveau en mobilisation sur les ronds-points, à l’entrée des villes », a récemment déclaré sur franceinfo, Francis Palombi, Président de la Confédération des Commerçants de France. Ce dernier estime en effet qu’en raison des blocages, l’activité des commerçants a chuté de 25% au mois de décembre. Avancer les dates des soldes serait alors un moyen de booster la fréquentation dans les magasins et permettre à certains commerçants d’écouler au plus vite leur stock.

avancer les soldes

L’avancement des dates de soldes ne fait pas l’unanimité

L’appel de Francis Palombi ne fait visiblement pas l’unanimité parmi les responsables de syndicats professionnels de commerçants indépendants. A commencer par William Koeberle, le président du Conseil du commerce de France. « Quand j’ai rendu mon rapport (sur les soldes, au ministère de l’Economie ndlr) il y a un an, ceux qui souhaitaient avancer les soldes étaient les grandes entreprises et les centres commerciaux. Les indépendants, eux, étaient plutôt partisans de reculer la date le plus possible pour leur permettre de faire de la marge par rapport aux soldes », a-t-il expliqué sur l’antenne d’Europe 1. Et de rappeler, à juste titre, que « l’objectif (d’un indépendant ndlr) est de faire durer sa collection le plus longtemps possible et de profiter des soldes plus tard pour écouler les invendus ». Un avis partagé par Eric Mertz , nouvellement élu Président de la Fédération Nationale de l’Habillement, qui demande à Agnès Pannier-Runacher, de ne pas tenir compte de la demande de Francis Palombi. « Nous nous sommes battus l’année dernière afin d’éviter que les soldes démarrent trop tôt, pour obtenir par défaut qu’elles soient maintenues à la même date, alors que nombre d’entre nous souhaiteraient les voir démarrer beaucoup plus tard. Nous n’allons pas accepter aujourd’hui de les avancer malgré la crise que nous vivons », explique-t-il.

Lire aussi : Comment afficher vos soldes en vitrines ?

Le débat est re-lancé… , mais quoi qu’il en soit, l’appel de Francis Palombi ne devrait pas être suivi d’effet. Même si le ministère de l’économie n’a pas encore officiellement réagi à cette demande, dans l’entourage du ministre on assure que les soldes devraient commencer comme prévu, le 9 janvier 2019.