La ville moyenne séduit les Français

Un sondage Ipsos pour Villes de France montre que la ville moyenne est le format préféré des Français, devant les métropoles et les zones rurales.

La ville moyenne (entre 10 000 et 100 000 habitants) correspond au profil de la ville idéale pour vivre, selon un récent sondage Ipsos pour Villes de France. C’est le choix de 43% des Français, contre 35% pour la ruralité (moins de 10 000 habitants) et « seulement » 22% pour les grandes villes (+ de 100 000 habitants). Dans le détail, ce sont les communes allant de 5 000 à 30 000 habitants qui sont plébiscitées (32%), devant celles de moins de 5000 habitants (25%), et celles de 30 000 à 100 000 habitants (23%). Seuls 13% des interoggés répondent en faveur des villes allant de 100 000 à 500 000 habitants, et 7% pour les villes de plus de 500 000 habitants.

Quand on leur demande les raisons de ce choix, les Français mettent tour à tour en avant « la tranquillité, le calme », « le sentiment de sécurité », « la  proximité de la nature », « l’offre de transport » et « le cadre de vie urbain et paysager ». La ville moyenne l’emporte d’ailleurs sur tous les points (voir ci-dessous), excepté pour l’offre de transport, jugée plus satisfaisante au sein des métropoles.

ville moyenne
Hormis l’offre de transport, la ville moyenne se classe à chaque fois aux premières places des critères que les Français recherchent le plus au sein d’une ville.

Les habitants des villes moyennes inquiets face à l’avenir de leur centre-ville

Si les habitants des villes moyennes sont fiers de leur région et affirment dans leur immense globalité être très satisfaits quant à la qualité de vie dont ils jouissent, ils affichent en revanche des inquiétudes sur les questions économiques et sociales. En matière de services notamment (santé, transports, commerces, enseignement supérieur, loisirs, culture) le sondage Ipsos fait apparaître un taux de satisfaction bien en dessous par rapport à ce que l’on peut observer auprès des habitants des grandes agglomérations. En matière d’emploi également, l’optimisme n’est pas vraiment de mise. « Seuls 40% des Français habitant dans une ville moyenne jugent que leur territoire est attractif d’un point de vue économique, soit 30 points de moins que dans les métropoles (72%) et dans la capitale (67%) », note le sondage.

Lire aussi : Les 6 centres-villes les plus dynamiques de France

Mais c’est surtout vis-à-vis de l’avenir des centres-villes que les inquiétudes sont les plus vives. 86 % des habitants des villes moyennes estiment ainsi que « dans les villes moyennes, les centres-villes sont en train de mourir ». Un sentiment partagé également par les habitants des autres catégories de villes (76 % à Paris, 74 % dans les métropoles et 86 % dans les zones rurales).

Métropole vs ville moyenne/ruralité

Les multiples mobilisations des gilets jaunes à travers le territoire en atteste, les habitants des villes moyennes et des zones rurales s’estiment laissés pour compte par le gouvernement, au regard des Parisiens et autres citadins des autres métropoles.  « 80 % des Français interrogés jugent que les grandes métropoles et Paris sont les territoires qui bénéficient le plus de la politique de l’actuel gouvernement (43 % pour les métropoles et 37 % pour la capitale). A contrario, une proportion infime de Français estime que les villes moyennes (5%) ou les zones rurales (3%) sont les premiers bénéficiaires de l’action gouvernementale », note le sondage.

métropole vs ville moyenne

Les habitants des métropoles s’estiment également eux aussi mieux lôtis en termes d’offres de services, et perçoivent l’avenir avec davantage d’optimisme. Les différentes déclarations d’intentions pour la revitalisation des centres-villes, et le plan gouvernemental Action Coeur de Ville, qui prévoit de distribuer 5 milliards d’euros à 222 villes moyennes, seront-ils à même de restaurer un peu d’équilibre dans la balance ? Il en faudra surement plus, mais c’est déjà un premier pas.