Des commerçants parisiens mis à l’affiche et pourtant mis à mal !

Alors que BNP Paribas met à l’affiche des visages de commerçants dans plusieurs cinémas parisiens, le moral et l’activité commerciale sont au plus bas dans la capitale. Selon une étude de l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur), le commerce parisien accuserait une perte de 12 000 emplois en un an. Les difficultés liées à la crise sanitaire, arrivent après des mouvements sociaux à répétition depuis 2018 (grèves, gilets-jaunes,…), auquel s’ajoute les contraintes et restrictions de circulation misent en place par la mairie de Paris. Au moyen du communiqué ci-dessous, le Comité Paris Marais lance ainsi « un cri d’alarme ! ».

BNP Paribas : Nos commerçants à l’affiche – Avril 2021 – Crédits : @Hungry Paris

Le quartier du Marais est devenu, au cours des années, un lieu essentiel pour l’attractivité de Paris. En effet, il regroupe aujourd’hui de nombreuses entreprises proposant au public une offre variée de produits et services particulièrement créatifs qui ont un écho au niveau national et international. Ainsi, Paris Marais associe dans un ensemble unique, la mode, l’art de vivre, la culture et la gastronomie sous toutes ces formes. Cette situation a conduit en particulier les pouvoirs publics, sur la demande pressante des principaux acteurs économiques du quartier et leurs associations, à classer Paris Marais en zone touristique internationale (ZTI). Ce classement a notamment permis aux entreprises d’ouvrir le dimanche dans les conditions prévues par la loi et les accords collectifs.

Des premières contraintes ont été imposées par la Mairie de Paris au cours des dernières années (développement important des voies piétonnes, restriction de circulation et de stationnement, fermeture à la circulation le dimanche…) mais ces contraintes diverses ont pu, en partie au moins, être compensées par l’énergie des enseignes et l’attractivité des produits et services proposés par les commerçants, la notoriété de la zone qui en ait résulté notamment pour les touristes français et étrangers et la légalisation des ouvertures dominicales. Or, cette situation est désormais gravement et injustement mise en péril avec la crise sanitaire actuelle. En effet les périodes de confinement (2020 et 2021) qui ont conduit à la fermeture forcée de la totalité des entreprises dites « non-essentielles », ont été suivies, dans le dernier état, depuis le 1er novembre 2020, par la fermeture de l’ensemble des bars et restaurants nombreux dans Paris Marais qui contribuent très largement à l’animation et au dynamisme de la zone ; nous n’oublions pas les lieux culturels , les salles et club de sport qui restent fermés et même les lieux de culte traditionnellement implantés dans le quartier. Il est inutile de rappeler ici les mouvements sociaux à répétition, les grèves des transports, l’occupation de la voie publique tous les samedis ou presque depuis 2018, les évènements publics divers et variés conduisant à des restrictions de circulation, en particulier les fins de semaines.

Nous constatons ainsi depuis ces dernières semaines une chute assez considérable de la fréquentation du Centre de Paris qui a pour conséquence immédiate et automatique la chute du chiffre d’affaires des entreprises et l’appauvrissement de leur valeur, peut-être irrémédiable. Les frontières du pays étant en grande partie fermées, les touristes étrangers ont naturellement déserté le quartier. La survie de nos entreprises ne peut plus dépendre aujourd’hui et sans doute encore pour longtemps que des parisiens, banlieusards et touristes français, or au lieu de tout mettre en œuvre pour permettre et faciliter l’accès de Paris Marais aux promeneurs et consommateurs, au surplus dans un espace-temps réduit du fait du couvre- feu, la Mairie de Paris n’a de cesse d’ajouter des contraintes et des restrictions en termes de circulation. Ces mesures qui étaient présentées par la Mairie de Paris comme provisoires au début de la crise sanitaire sont désormais pérennisées. La fermeture de la rue de Rivoli, axe majeur de circulation dans la capitale, est un obstacle à la vie et la fréquentation de notre quartier, donc de nos commerces et des pôles d’activités culturelles et associatifs.

Lire aussi : 20 000 commerçants réunis dans un groupe d’entraide et de réflexion

Nos entreprises ne peuvent pas continuer à accepter cette situation et ces diktats qui risquent de conduire à leur ruine et à celle de l’attractivité de notre capitale : Paris appartient d’abord à ses habitants et à tous ceux, parisiens ou non, commerçants, salariés et consommateurs qui l’animent et la font vivre. Nous avons décidé de réagir fortement avec l’ensemble des moyens à notre disposition : communication,actions diverses, recours judiciaires pour faire connaitre notre situation et faire valoir nos droits et, en premierlieu, pour que la rue de Rivoli (et rues annexes) soit ré ouverte à la circulation.Nous avons besoin d’une mobilisation de l’ensemble des acteurs de la vie économique et culturelle de Paris Marais et invitons également les riverains qui le souhaitent à se joindre à notre action.

Pour rejoindre le comité : www.comitemaraisparis.fr    /  Courriel : comitemaraisparis@orange.fr

Restez informés de l’actu Covid pour les commerçants et indépendants :

  Cet article vous a été offert !
Abonnez-vous et soutenez le média qui défend les commerçants indépendants.

Profitez en ce moment de notre offre solidaire :

1€/mois pendant 3 mois,
SANS ENGAGEMENT.
Je m’abonne