Forte chute du commerce en 2018

Alors que l’activité commerciale s’était stabilisée en 2017, on observe une forte chute du commerce en 2018. Les perspectives pour 2019 sont incertaines…

Forte chute du commerce en 2018. C’est ce qui ressort du bilan annuel de la Fédération du commerce spécialisé Procos, qui montre ainsi une diminution de l’activité des magasins de – 3,3 %. Une mauvaise nouvelle, d’autant plus que la stabilisation de l’activité en 2017 (-0,2%) laissait entrevoir l’espoir d’un rebond pour 2018. Au final, seul deux mois de l’année sont en positifs, avril (+ 0,9 %) et surtout octobre (+ 5,3 %). « Météo peu favorable au textile, à l’exception d’octobre, grève SNCF et Gilets jaunes sont les événements marquants d’une année qui avait déjà très mal commencé puisque janvier (mois des soldes) a été négatif à – 3,5 % par rapport à janvier 2017 déjà très négatif (- 6,2 %) », explique Procos dans son communiqué.

chute du commerce en 2018

Centre-villes, centres commerciaux, magasins de périphérie… comme l’indique Procos (voir graphique ci-dessous), toutes les polarités commerciales ont été affectées par cette chute de l’activité.

Chute du commerce en 2018… Fréquentation en forte baisse

Sans surprise, cette diminution de l’activité des commerces est liée à une chute assez prononcée de la fréquentation en magasin, que l’observatoire Procos/Stackr de la fréquentation des commerces estime à -6,7%. Paradoxalement, les mois de novembre et décembre n’ont pas été les « plus mauvais », puisque la fréquentation recule de respectivement de -4,5% et -3,1%. Bien loin de la chute de septembre (-12,5%) ou du mois de juin (-9,1%).

Lire aussi : Gilets jaunes : ventes en chute libre chez 86% des petits commerçants

Des inconnus pour 2019

Pour 2019, certains indicateurs laissent espérer un retour à un meilleur niveau d’activité, notamment en raison de la hausse du pouvoir d’achat. Le gouverneur de la Banque de France estime ainsi que cette année la hausse sera la plus forte depuis 12 ans, à + 1,5 % ! De son côté, l’INSEE, table sur une augmentation de la consommation des ménages en 2019 (+ 1,4 %). Pour autant, la réalité des chiffres et la perception des Français quant à l’évolution de leur niveau de vie n’est pas la même. En effet, le moral des ménages est au plus bas depuis novembre 2014, et on constate un accroissement de la part des Français qui pense que l’inflation a augmenté et va continuer de le faire (inflation perçue).

Lire aussi : Ce qui change pour les commerçants en 2019

A cela s’ajoute d’autres incertitudes comme l’impact du prélèvement à la source, les élections européennes de mai (période souvent peu propice à la consommation), ou encore la durée ainsi que les conséquences de la mobilisation des Gilets jaunes et du grand débat national qui sera organisé prochainement. Dans ce contexte, difficile de faire des prévisions sur le long terme. Affaire à suivre donc.